Mélodie du sud : Quelques informations

Le film est sorti officiellement sur les écrans français le 14 décembre 1949, bien que son doublage en français date de 1947. Soit trois mois après La boite à musique, et trois ans après sa sortie américaine. Tout comme ce dernier, le film n'est depuis plus repassé au cinéma. Les VHS françaises comportent la piste audio d'origine sur toutes les VHS à l'exception d'une partie redoublée en 1991. Il n'y a pas de doublage québécois.

La boite à musique et Mélodie du sud sont les deux classiques les plus censurés de la collection Disney. Mélodie du sud fait cependant l'objet d'une violente polémique aux États-Unis, au même titre que le film "Autant en emporte le vent" au sujet des propos raciaux que véhiculerait le film. Alors que le film s'est offert plusieurs passages au cinéma aux États-Unis (la dernière fois en 1986) avec succès, la compagnie n'a jamais sorti le film sur aucun support vidéo au pays de l'oncle Sam, et cela malgré les réclamations des nombreux fans. Dans un premier temps, Michael Eisner décida d'enterrer définitivement le film, Roger Iger (dit "Bob", photo ci-contre) en fera de même à partir de 2006, et renouvellera cette censure chaque année, même si la question est systématiquement posée à la convention annuelle de Disney qui se déroule en mars. Le film est donc condamné chaque année à ne pas sortir en vidéo. On notera également que si le film a été commercialisé dans certains pays, celui-ci n'est jamais sorti aux États-Unis, ce qui est le seul cas de la collection numérotée.

Le film n'est sorti en Laser Disc qu'uniquement au Japon et en Chine entre 1985 et 1990. Ces derniers sont côtés 150 euros, mais du fait de leurs raretés, ils se négocient autour de 1000 euros (Gloup !). Malheureusement, la qualité est légèrement altérée par les incrustations textuelles non retirables lors des chansons. Il s'agit cependant des meilleures versions au niveau de la qualité vidéo, puisque le Laser Disc s'use inévitablement bien moins qu'une VHS.

Résumé

L'histoire se situe peu de temps après la guerre civile américaine. Jeanot, un garçon de 7 ans, est heureux au sujet de ce qu'il croit être des vacances dans les plantations de sa Grand-Mère de Géorgie. Mais lorsqu'ils arrivent à destination, Jeanot découvre avec stupeur que ses parents se séparent. Sa mère va rester ici avec lui, son père va repartir pour Atlanta. La nuit suivante, il s'enfuit de la maison de sa Grand-Mère. Mais il croise sur son chemin l'oncle Remus, qui va lui raconter les incroyables mésaventures de Monsieur Lapin, et lui remonter le moral. Mais ces histoires ne sont pas du goût de la mère de Jeanot.

Analyse de l'oeuvre

Mélodie du sud est une oeuvre qui dérange actuellement beaucoup la compagnie aux grandes oreilles. Bien qu'ayant été saluée à de nombreuses reprises par la critique américaine dès sa sortie en 1946, il sera rapidement occulté 40 ans plus tard lors de son ultime sortie en salle en 1986. Pointé du doigt par la communauté noire américaine, au même titre que le célèbre "Autant en emporte le vent", le film est souvent cité pour véhiculer des propos raciaux très marqués car développant une image positive de l'esclavage. Difficile pourtant pour le public francophone de le déceler, tant la version française de 1947 fait totalement l'impasse des accents sur les dialogues et de la condition des personnages. Sans compter d'ailleurs sur les noms francisés, excepté l'oncle Rémus, qui amuseront beaucoup ceux qui les entendront.

Pour autant, à y regarder de plus près, lorsque l'on découvre la version anglaise du film, on remarque aisément qu'une nette démarcation entre la condition des noirs et des blancs est bel et bien présente. A commencer d'ailleurs par Alice (Sally), sans aucun doute le personnage le plus froid de l'oeuvre envers Rémus. C'est d'ailleurs probablement là où réside la discorde entre elle et son mari. Sans doute obnubilée par sa prestigieuse famille qui possède une vaste plantation de coton, elle semble à plusieurs reprises emplie de préjugés dont Rémus, Ginette (Ginny) et Toby seront les premiers servis. Si Rémus est, au mieux, considéré comme un homme attentionné mais trop envahissant, Ginette est une roturière indigne de fréquenter son fils. Quand au malheureux Toby, il reste un meuble parfaitement transparent, dont elle n'aura aucun égard pour lui. Cependant, film de Walt Disney oblige, son comportement évoluera quand même un tant soit peu jusqu'à la fin. Elle passe d'ailleurs par plusieurs remises en questions comme lorsqu'elle demande une première fois à Rémus d'arrêter de raconter des histoires.

Mais alors qu'un semblant d'espoir semblait apparaître, elle commet une grave faute, plus par méprise que réelle volonté de remettre à sa place Rémus, conduisant au dénouement en demi-teinte du récit. Si elle comprend enfin ce que véhiculent les histoires de l'Oncle Rémus, elle ne ressentira malheureusement aucun sentiment de remords ni la moindre excuse envers lui. Oncle Rémus qui laisse sa place aux autres membres de la famille de Jeanot (Johnny) s'efface donc complètement de leur vie et retourne d'où il vient à la fin du film. Ce propos est lourdement conforté d'ailleurs par les nombreuses chansons gospels appuyant longuement sur le point que chacun doit savoir rester à sa place. Pourtant, ce thème sera repris à deux reprises - de façon nettement plus édulcoré certes - avec le personnage d'Elliott, mais surtout avec Mary Poppins sans qu'aucune polémique ne naitra pour eux.

Nous pouvons toutefois nous interroger sur les personnages de Frère Lapin, Frère Renard et Frère Ours. Bien que les histoires animées soient au premier regard dénuées de double sens, on remarque également qu'une certaine frontière apparaît également entre le respectable Frère Lapin et le couple rustique formé par Frère Renard et Frère Ours. Que ce soit dans leur façon de s'exprimer ou leurs gestes, un contraste saisissant de leur condition de vie apparaît. Un parallèle peut alors être fait entre Frère Lapin et Alice (Sally) qui partagent tous les deux une vision assez réduite des roturiers.

Pour autant, Mélodie du sud ne dégage pas que des valeurs négatives, il est également remplit de valeurs positives recourant aux traditionnels thèmes si chers à Walt Disney. L'oncle Rémus porte à lui tout seul le scénario du film. Les enfants s'harmonisent parfaitement ensemble, et leur relation avec l'oncle Rémus respire l'amitié étroite et sincère. Le film comporte également une panoplie impressionnante de chansons très joyeuses que l'on retient inévitablement. On s'attache d'ailleurs vite à tous ses personnages chaleureux.

Le scénario de Mélodie du sud s'inspire en grande partie des véritables contes de l'oncle Rémus écrit par Joel Chandler Harris. Walt Disney en a effectivement sélectionné trois d'entre elles, puisés dans quelques autres certaines idées, et a réussi à construire un scénario crédible tout autour. Cependant, ce procédé démontre vite ses limites où le film enchaîne réalité et monde imaginaire sans faire beaucoup progresser l'histoire. S'il n'y avait pas l'importante controverse autour de lui, Mélodie du sud ne serait sans doute pas beaucoup désiré par le public qui l'oublierait bien vite au profit de films plus marquant.

Mais Mélodie du sud est aujourd'hui intrinsèquement lié à cette polémique, et fait inévitablement de lui un objet considérablement désirable pour tous les fans souhaitant posséder une collection complète chez eux. Il ne pourra malheureusement jamais se défaire de son passé trouble. A commencer par l'avant-première de 1946 à laquelle James Baskett ne pu assister car aucun hôtel ne voulait l'accueillir. Même destin pour Hattie McDaniel qui préféra dire qu'elle n'était pas disponible aux producteurs plutôt qu'avouer avoir également été refusée. Mélodie du sud, c'est également se remémorer le destin cruel de Bobby Driscoll dont c'était le premier grand rôle. Pourtant, le film renferme l'une des plus belles bandes originales et de nombreux personnages attachants.

Actuellement placardé par la Walt Disney Compagnie, la sortie DVD est demandée à toutes les conventions annuelles du groupe. Michael Eisner puis Robert Iger ont tous deux jusqu'à présent maintenu ce blocus du film. Mélodie du sud n'a ainsi jamais eu l'honneur d'une sortie en vidéo sur le territoire américain. En Europe cependant, nous avons été mieux lotis du moins pour un temps. Plusieurs VHS ont été commercialisées jusqu'au milieu des années 90. En France trois éditions ont été disponibles, celles de 1991 et de 1997 ayant par ailleurs été partiellement redoublée durant la dernière conversation entre Rémus et Alice (Sally), sans doute à cause d'une altération de la bande son d'origine, au même titre que la chanson "Peignons les roses en rouge" dans Alice au pays des merveilles.

Malheureusement, cette occultation du film, contestable à plus d'un titre, entraîne actuellement un important marché lucratif pour les pirates en herbe et les heureux revendeurs des VHS aujourd'hui introuvables qui s'arrachent à prix d'or. Oeuvre aujourd'hui connue uniquement "sous le manteau", Mélodie du sud n'en mérite pas tant. Il est donc important pour tous de militer pour une véritable sortie officielle en DVD, et de signer dès à présent la pétition sur le site www.songofthesouth.net.

5 février 2009 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (1947) :

Oncle Rémus: Habib Benglia 1

Georges : René Bériard 1

Grand-Mère : Olga Nilza 1

Ginette : Mireille Gervais 1

Monsieur Renard : Camille Guérini 1

Monsieur Lapin : Zappy Max 4 (Chant)

Grenouille : Jo Charrier 4

Tante Sophie : Maya Noël 1

Redoublage français partiel de la version de 1947 (1991) :

Petit segment du film redoublé juste avant la dernière conversation entre Alice et Rémus uniquement

Ginette : Barbara Tissier 2

Alice : Arlette Thomas 3