Rox et Rouky : Quelques informations

Rox et Rouky ("Le renard et le chien de chasse" en version originale) est le premier film de la nouvelle génération d'artistes Disney. Le film est sorti le 25 novembre 1981 en France et il ne possède aucun doublage québécois. Il s'agit du second film, après Bambi, où l'on voit les personnages à deux stades de leurs vies : l'enfance et l'âge adulte. En Italie, le renard s'appelle Red et le chien Toby. Le film s'appelle donc tout naturellement "Red e Toby".

Pendant plus de 30 ans, un long débat a animé les fans pour savoir quel pouvait bien être le format d'origine de ce film. Toutes les sources cinéma indiquaient en effet qu'il fut diffusé en 1.66:1 (16/9), pourtant toutes les sorties vidéos ont toujours proposé le film en 1.37:1 (4/3). Seule la sortie en Blu-Ray pu enfin mettre fin à ce long débat : le format de production du film a toujours été le 1.37:1 (4/3) mais, tout comme Les aristochats, Robin des bois ou Le livre de la jungle, des caches furent utilisés pour masquer le haut et le bas superflus afin de proposer le film en 1.66:1 (16/9). C'est cette version qui est donc proposée sur le Blu-Ray. Techniquement, le fan puriste se doit donc de conserver au moins une ancienne édition DVD s'il souhaite conserver l'intégralité de l'image du film.

Résumé

À la mort de sa mère, Rox le petit renard est recueilli par une vieille dame qui va l'élever comme un animal domestique. Rox rencontre le jeune chien de chasse Rouky et tous deux se promettent une amitié éternelle, mais un chien et un renard ne sont ils pas supposés être ennemis ?

Analyse de l'oeuvre

Rox et Rouky est ce que l'on appelle le premier film de la nouvelle génération d'artistes. Peut-on encore le qualifier de cette façon alors que désormais bientôt trente années se sont écoulées depuis sa première apparition au cinéma ? Difficile à dire, les artistes se sont déjà renouvelés depuis longtemps. Toujours est-il qu'avec ce film un mélange de nostalgie et de nouveauté est apparu. Si graphiquement, les traits se sont affinés, on retrouve tout de même le charme du crayonné présent dans Les aventures de Bernard et Bianca par exemple. Les années 1980 sont pour le groupe Disney une véritable année charnière, une parmi tant d'autres que semble connaître continuellement le studio depuis sa création. Si l'on excepte La petite sirène sorti en 1989 au Québec (ce film sera au contraire le premier de la décennie 1990 en France), cette période reste bien morose. Aux yeux du grand public, Basil, détective privé fait figure de favori, pendant que Taram et le chaudron magique reste présent dans leur esprit du fait de son échec cuisant et retentissant. Restent Oliver & compagnie, ainsi que Rox et Rouky qui ont bien du mal à trouver une quelconque sympathie de nos jours. Et encore, c'est vite dit, le ravissant Oliver connaît plus de succès par un nombre plus important de produits dérivés à son effigie, que le renard et le chien de chasse.

Pourquoi y-a-t-il donc tant de désamour actuellement autour de Rox et Rouky, alors qu'il connu un franc succès lors de sa sortie en salle ? Peut-être que le changement intervenu dans cette production y est pour quelque chose. Peut-être que les films suivants l'ont fait oublier du public. Et si finalement, ce n'était la faute des petits défauts présent tout au long de la projection et qui gâchent vite le scénario du film ? En s'attardant un peu sur Rox et Rouky, la réponse devient malheureusement évidente.

Je ne l'avais jamais vraiment relevé (pourtant j'ai vu ce film à de nombreuses reprises), mais le scénario repose entièrement sur un désir de vengeance. Une très grande partie du long métrage repose en effet sur une volonté de nuire à Rox, sentiment renforcé par la nature froide et sans coeur du chasseur et de ses chiens. Si l'on s'attendrit au tout début de l'amitié entre Rox et Rouky, celle-ci ne survivra absolument pas par la suite. Ils se respecteront mutuellement une fois adulte, mais ne seront plus jamais amis. Le ton du film reste donc très sinistre, alors qu'il démarre plutôt sur une note d'espoir qui ne viendra finalement jamais. Rox et Rouky se place ainsi en opposition totale avec tout les films qui l'on précédé. Le film se conclut d'ailleurs de façon très abrupte.

Cette sensation est également palpable au delà du scénario. Les décors sont très sombres, et certains lieux réellement lugubres. Malheureusement, les personnages eux-même ont beaucoup de mal à dégager une quelconque sympathie, en dehors du couple formé par le jeune Rox et le jeune Rouky au début du film. Personne ne se démarque de l'oeuvre, ni du côté des humains, ni du côté des animaux. On ne s'attendrit jamais à la vue de Big Mama et la veuve Tartine, on ne peut résolument pas du tout s'attacher à Amos Slade ni à Chef, leur nature même provoquant un dégoût immédiat. Difficile aussi de compatir au destin de Rox tant il n'évolue absolument pas. L'une des plus importantes séquences émotionnelles du film manque également complètement sa cible en donnant un message totalement opposé à l'objectif d'origine : alors que la veuve Tartine souhaite sauver la vie de Rox, le déroulement de la scène conduit à un sentiment d'abandon pur et simple. Reste ensuite le célèbre trio formé par le pivert, le moineau et la chenille tout aussi drôles que parfaitement inutiles au film.

Le film aurait gagné à être raccourci d'au moins vingt minutes, car son déroulement est assez molasson. La narration est un peu longue à suivre rendant la progression du scénario relativement lente. Il ne se passe au final que bien peu de choses dans Rox et Rouky. Les plus petits auront donc énormément de mal à rester sagement devant le film, et s'éparpilleront sans doute bien avant la fin. La musique et les chansons ne faisant malheureusement pas beaucoup mieux. Toutefois, Rox et Rouky n'est pas dénué de tout intérêt. Visuellement, il est incontestablement réussi et nous remémore avec nostalgie l'inoubliable Bambi. La nature est toujours mise en valeur par un soin attentif du moindre détail. Rox et Rouky mérite bel et bien d'être cité comme film de transition entre l'ancienne école Disney et la nouvelle. Et les oeuvres qui l'ont suivi confirmeront la tendance.

Rox et Rouky a toutefois actuellement assez mal vieilli, et seul le sympathique duo lorsqu'ils sont encore enfants parvient encore à émerveiller. Contrairement à Bambi ou à Le roi lion par exemple, où nous assistons également à plusieurs grandes étapes de la vie des héros, on ne parvient jamais à s'attacher aux Rox et Rouky adultes. Le grand public ne les connaît désormais qu'enfants, et enfants ils resteront toujours dans leur coeur. Vous serez surpris du nombre de personnes qui pensent encore que le film repose sur l'amitié, alors que celle-ci ne dure qu'une vingtaine de minutes tout au plus. Rox et Rouky, c'est avant tout l'histoire de deux amis d'enfance que tout oppose et qui finissent par se brouiller définitivement avec le temps. Leur séparation finale reste donc brutale, surtout qu'elle résulte d'un malentendu, même si au final elle est extrêmement réaliste. Rox et Rouky tranche donc radicalement avec de nombreuses productions de la collection numérotée, mais reste tout de même une valeur sûre pour de nombreux fans.

23 octobre 2008 par Olikos