Doublage : La petite sirène

La petite sirène a eu droit à trois doublages francophones. Deux en France, et un au Québec. Bien qu'il ne s'agisse en aucun cas du premier film Disney ayant été redoublé en France, c'est celui qui déclencha la plus grosse polémique en 1998. Le Québec fut heureusement épargné, et n'a pas retouché son premier doublage.

La première version Francophone réalisée au Québec reste aujourd'hui encore un excellent cru. Très proche au niveau des dialogues à la version anglaise, le film est très divertissant. Bénéficiant d'un soin particulier à tous les niveaux, le doublage québécois séduit. On reste parfois perplexe sur le choix de l'acteur pour le personnage d'Eric, qui a une voix profonde et très mature pour le rôle du prince, il n'empêche, ça marche ! Ariel possède deux voix (dialogues et chansons) particulièrement bien choisie qui force l'admiration. Au final, un bon doublage. Il est à noter également que le meilleur ami de Ariel s'appelle ici Barboteur et le goéland se nomme Écoutille.

Accueilli triomphalement au cinéma dès sa sortie, et cela durant de nombreuses semaines consécutives, le premier doublage français est aujourd'hui encore la meilleure interprétation d'un grand classique porté à l'écran. Malgré des problèmes évident de synchronisation non maîtrisé (les lèvres ne bougent pas, pourtant les personnages parlent, l'inverse aussi), on sent à tous les niveaux que les doubleurs se sont à fond investis dans leurs personnages. Dialogues riches et haut en couleurs, chansons parfaitement adaptés et enjoués, rythme endiablé et voix parfaitement ajustés, ce premier doublage français met la barre très haut ! Les doubleurs se donnent corps et âme dans leurs rôles, et on le ressent, un vrai moment magique.

Le second doublage fut ouvertement contesté par la quasi majorité, que ce soit par les fans ou par la presse spécialisée (j'en ai fait partie également). Ce n'est pourtant pas la faute des nouveaux doubleurs qui se révèlent convainquant, ni au retour de certains doubleurs de la version d'origine. La faute en revient à une performance bien moins bonne par rapport au doublage d'origine. En effet, si le premier doublage n'avait jamais existé, celui-ci se serait parfaitement bien démené. La traduction est bonne, les dialogues sont justes, et les chansons sont cette fois-ci mieux maîtrisées au niveau de la synchronisation visuelle (particulièrement lorsque Ariel chante sur le rocher). Sans pour autant égaler la version anglaise, et se situant un ton en dessous du doublage québécois, ce second doublage souffre inévitablement de la comparaison avec le précédent. Mais il reste aujourd'hui soigné, malgré les critiques négatives à son sujet. On notera toutefois que le second doublage reprend, pour les chansons d'Ursula, la version française d'origine.

Enthousiasmé depuis toujours par la première version française, je ne peux évidemment recommander que cette version. La version québécoise, faisant d'ailleurs jeu égal avec la version anglaise, se positionne sans mal à la deuxième marche du podium. Le dernier doublage restant malheureusement bien en dessous des deux autres, même s'il reste encore aujourd'hui de qualité exemplaire. On ne notera pas de choses particulières entre ces trois versions du marché, se suivant l'une comme les autres assez facilement. On notera toutefois les différences amusantes de traductions de certains objets terriens rapporté par Ariel (la fourchette ayant trois traductions toutes farfelues) ou des personnages (Polochon/Barboteur ou Erêka/Écoutille). La petite sirène reste aujourd'hui encore un tournant de l'histoire de Disney, et ses trois doublages lui font tous ici honneurs. La version française d'origine ressortant véritablement du lot par le plaisir évident des doubleurs qui ont prêté leurs voix aux personnages.

11 septembre 2007 par Olikos