La belle et la bête - Version intégrale : Quelques informations

Le film s'offre une remise à niveau et se voit allongé de plusieurs minutes lors de sa ressortie sur écran géant IMAX le 1er janvier 2002. Cette ressortie fut mondiale, le même jour dans de nombreuses salles Imax.

Cette page n'est consacrée qu'aux modifications qu'a connu La belle et la bête pour sa ressortie IMAX en 2002 et n'analyse donc pas le scénario ou la qualité artistique de l'oeuvre. Pour cela, il vous suffit de lire la fiche dédiée au film lui-même.

Résumé

Quelque part dans la France du XVIIIe siècle vit un prince insensible, capricieux et égoïste. Par un soir d'orage, une vieille femme habillée de haillon se présente à la porte du château afin d'être hébergée pour la nuit. Malheureusement, le prince la rejette. Elle le métamorphose alors en une bête monstrueuse qui devra trouver l'amour et être aimé en retour avant son 21e anniversaire pour que le charme soit rompu. Alors que les relations entre la belle et la bête semble s'améliorer, les objets magiques du château espèrent que le sort va bientôt être rompus et les libérer.

Analyse de l'oeuvre

La belle et la bête est incontestablement un film remarquable qui a marqué toute une génération de spectateurs, c'est aussi aujourd'hui toujours le seul film ayant concouru pour le prix du meilleur film (du film, pas du film d'animation !). Il est également à l'origine même de ma passion pour l'animation et de la création du site. Pour autant, La belle et la bête est également actuellement le film le plus malmené - massacré dirons certains - par la firme Disney du fait de son aura prestigieuse. Et notre version francophone (que nous partageons aussi bien au Québec qu'en Europe) n'est pas épargnée non plus. Si incontestablement le travail effectué en 2002 à l'occasion de la ressortie du film est formidable, aujourd'hui, il me semble important de signaler que Disney a menti en n'offrant nullement une version intégrale, mais une véritable réinterprétation de son oeuvre. En effet, le film de 1991 et celui de 2002 peuvent être considérés comme deux versions différentes d'une même oeuvre. Fer de lance d'une campagne de modification de plusieurs films qui emprunteront le même chemin par la suite, la version intégrale de La belle et la bête méritait donc que je m'y attarde un peu afin d'expliquer pourquoi il ne s'agit plus de la même version qu'en 1991.

Visuellement, le film a été bouleversé à bien des égards. Tout d'abord, sans aller chercher trop loin, son cadrage d'origine 1.66:1 a été remplacé par un 1.85:1 afin de mieux convenir à la projection sur écran géant IMAX. Bien qu'infime, une toute petite partie de l'image d'origine a bien été supprimée. C'est ce même format que l'on retrouvait sur le DVD. Personne ne possède donc le format d'origine du film présenté en 1991, d'autant plus que malheureusement les VHS et Laser Disc d'époque ne proposaient que le recadrage 1.37:1 courant à cette époque.

Vient ensuite le problème des couleurs et du contraste. Ici, nous pouvons trouver des excuses à Disney. En effet, le film a été conçu comme tous ses compagnons sur une pellicule traditionnelle. Afin de pouvoir le projeter sur un écran géant Imax, l'intégralité du film a été analysé par les artistes pour déterminer s'il pouvait être physiquement agrandi. Les écrans Imax sont en effet dix fois plus grands que les écrans de cinémas traditionnels, et tous ceux qui se sont essayés un jour ou l'autre à la retouche photo ou vidéo savent les résultats parfois désastreux que peuvent entrainer des agrandissements. Le film a obligatoirement suivi un reformatage dans les règles : les cellos scannés en très haute définition et les traits affinés ou recolorés minutieusement pour mieux passer à l'écran. La différence est parfois colossale. Certains fans l'ont d'ailleurs remarqué, à commencer par les yeux de certains personnages. Maurice par exemple est passé d'une pupille bleu marine à bleu ciel entre 1991 et 2002 ! Autre exemple, de taille cette fois, la toiture rouge brique du château de la bête sont devenues ocres jaunes. Peut-on vraiment parler ici de restauration et de préservation ? Pas si sûr. Nous pouvons également citer certains contrastes de l'image qui ont disparus. La première fois que Maurice pénètre au château, ou lors du passage dans les cachots, la version de 1991 était beaucoup plus sombre et donc le lieu était d'autant plus angoissant. Au contraire, en 2002, les artistes ont apparemment privilégiés les somptueux décors et les ont donc mis beaucoup plus en valeur. L'éclairage est alors très différent. Encore un point confirmant que le film a bel et bien deux versions différentes.

Nous pourrions nous arrêter là, mais il y a encore des choses à dire. Bien évidemment, le changement le plus spectaculaire reste l'ajout du segment jusqu'alors inédit « Humain à nouveau ». Ayant rencontré un formidable succès dans la comédie musicale de Broadway inspiré par le film, Alan Menken, Kirk Wise et Gary Trousdale décidèrent finalement de donner un nouvel hommage posthume au talentueux parolier Howard Ashman en réintégrant cette chanson coupée du scénario et du storyboard à l'époque. Bien que dix années séparent l'animation du film et la nouvelle séquence, force est de constater que le travail est plutôt bien réussi. Les personnages sont parfaitement fidèles (à l'exception de Belle) et les décors remarquables. Ils s'incrustent ainsi très bien dans la nouvelle version du film, qui au passage a subit quelques retouches à cause de cette nouvelle scène (le château n'est en effet plus délabré). Au contraire, les couleurs criardes ne respectent pas du tout la version de 1991.

Pour terminer sur l'aspect visuel, évoquons le dernier gros mensonge marketing de la compagnie Disney. Sur le DVD de 2002, il est clairement mentionné qu'il contient la version « Intégrale », la version « Cinéma d'origine » et la version « Copie de travail ». Juste au dessus, j'ai démontré que la version de 1991 était absente. Qu'en est-il de cette copie de travail ? Et bien, elle répond elle aussi bel et bien absente ! Pourquoi me direz-vous ? Les dessins et segments non finalisés présentés à l'avant première sont bien présents. Oui, mais que je sache, en 1991 les segments finalisés n'avait pas subi de restauration. Hors, sur le DVD, c'est bien la vidéo de 2002 qui intervient. Sur le DVD, la version « Copie de travail » n'est donc pas non plus la version d'origine. Celle-ci n'existe en effet que sur le Laser Disc américain ! La copie de travail de La belle et la bête présenté sur le DVD est donc une version alternative inédite !

Et si tout cela ne semblait pas suffire, il aura également fallu que Disney France intervienne pour modifier considérablement la piste audio du film. Beaucoup de fans ont toujours autant de mal à aimer le film depuis que Lucie Dolène n'est plus présente pour le rôle de Miss Samovar. Lily Baron reprendra ainsi le personnage avec beaucoup de talent, tout comme elle l'avait fait sur La belle et la bête 2 - Un Noël enchanté sorti en vidéo en 1998. Par contre, le choix de Christiane Legrand pour la partie chanté fut une erreur. Les deux chansons les plus importantes et émouvantes du film sont ratées.

Toutefois, et peu de personnes s'en sont aperçus, beaucoup d'autres modifications ont été apportés sur les dialogues. Bénédicte Lécroart par exemple a modifié certaines petites phrases, de nouveaux dialogues ont été ajoutés pour Zip et de nombreux bruitages ont été curieusement censurés entre la piste audio de 1991 et celle de 2002. Le célèbre cri final de l'armoire a ainsi disparu, tout comme le cri du villageois ébouillanté. Ces arrangements, bien qu'infimes, ne se remarquent pas vraiment à moins de porter une grande attention au film.

Au regard de ce que j'ai écrit ici, le grand public et les fans peu attentifs ont été abusés, n'ayons pas peur du mot. Beaucoup considèrent en effet que les seuls bouleversements qu'a connu La belle et la bête reste l'ajout du segment « Humain à Nouveau » et le remplacement de la comédienne Lucie Dolène. Hors, la réalité est tout autre. Il me semblait donc important de tirer le signal d'alarme. On peut en effet craindre de ne jamais revoir la version cinéma d'origine de ce film, puisque désormais Disney privilégie la nouvelle copie du film qui, même si elle possède d'innombrables qualités, a fait oublier qu'il n'avait pas été présenté ainsi autrefois. Actuellement, beaucoup s'extasient du nouvel arrangement 3-D que subit actuellement le film (sortie annoncée pour 2010). Il s'agira une fois encore d'une altération importante du film, l'éloignant une fois de plus de sa vision d'origine. Est-ce un bien ou un mal ? Les deux peut-être. Toujours est-il que Disney devrait respecter un peu plus le travail de ses artistes et de ses fans, plutôt que de se servir d'un Grand Classique pour remplir ses caisses du fait de son prestige tout en le bouleversant considérablement.

13 octobre 2009 par Olikos