Mulan : Quelques informations

C'est le 25 novembre 1998 que Mulan sort sur les écrans français. Il va livrer une rude bataille avec le film "Le prince d'Egypte" de Dreamworks et va finalement sortir vainqueur. Le film possède un doublage québécois. Il est sorti en salle en juin 1998.

Pour les fans de la série des "Final Fantasy", avez-vous remarqué la présence d'un Chocobo ? NON ? Mais, si regardez bien à la fin du film, Mushu en chevauche un !

Insolite : Dans une version Chinoise, c'est Jackie Chang qui prête sa voix au nouvel amour de Mulan.

Résumé

Mulan est une belle jeune fille pleine de fougue, profondément dévoué à sa famille. Et bien qu'elle aspire à lui faire honneur, son tempérament aventureux, son mépris des conventions l'éloignent des rôles dévolus aux jeunes filles de son temps. Quand son pays, envahi par les Huns, est forcé d'entrer en guerre, Mulan, n'écoutant que son coeur et son courage, s'engage à la place de son père dans le but de lui sauver la vie. Déguisée en homme et avec pour seuls compagnons Mushu et Cri-kee, Mulan va s'efforcer de devenir un bon soldat, mais ce n'est pas chose facile...

Analyse de l'oeuvre

Mulan est très librement inspiré par la véritable légende de la jeune Hua Mulan, dont l'histoire est racontée par un poème chinois. Elle se déguisa effectivement en homme afin de prendre la place de son père beaucoup trop fatigué et âgé pour aller combattre. Durant plus d'une décénnie le subterfuge fut total, et elle devint même général. Evidemment, Disney en fit un incomparable film d'aventure, d'action, d'émotions et d'humour, respectant l'esprit de leurs précédantes oeuvres.

Ce qui frappe durant la décennie 90, c'est que les Walt Disney Animation Studios ont très largement apporté une dimension adulte à l'intégralité de leurs productions. Le ton moderne de La belle et de la bête, le caractère sulfureux de Jasmine, la mort tragique de Mufasa ou la passion dévorante de Frollo, les années 90 sont marquées par des thématiques très fortes. Mulan n'y échappera pas non plus, en produisant de nombreux quiproquos très sensuels et charnels. Car, en voulant sauver son père, Mulan est obligée de se travestir en homme et vivre en compagnie de troupes intégralement masculines. Tournée souvent en dérision, il s'agit tout de même de la première héroïne voyant les corps dénudés de ses camarades. L'animation et les jeux de caméra y sont franchement explicites. La plupart d'entre eux, même s'ils ont été enrôlés d'office, imaginent une partie de vacance, où la camaraderie et les aspirations de chacun semble primer sur une quelconque menace.

D'un autre côté, les désirs de chacun est contrebalancé par la dureté du propos (n'oublions pas que la Chine est en guerre contre les Huns). Finalement, confronté devant les horreurs commisent par les Huns, chacun oublie ses ambitions et fait front commun contre les envahisseurs. Ce moment particulièrement fort où tous réalisent dans quoi ils se sont embarqués est par ailleurs magnifiquement interprété. Une fois encore, la double lecture du film est atténuée par la présence de Mushu, et du criquet. Il faut véritablement creuser un peu le dessus du scénario pour découvrir toute la profondeur de Mulan. On découvre ainsi toute la portée de l'héroïsme de Mulan, car elle sait pertinemment qu'en voulant sauver son père, et en se grimant en homme, elle devra mourrir pour avoir déshonoré sa famille et pour s'être écartée de son statut de femme chinoise normalement docile et soumise. Elle ne réalisera finalement qu'assez tard la portée de son choix, alors qu'elle reste désespéremment seule au milieu de la montagne. Le spectacteur ne peut en aucun cas être insensible à son amour pour ses parents.

Mulan bénéficie ainsi d'une animation irréprochable. Les décors sont époustouflants, même s'ils s'appuient sur un ensemble épuré jouant entre le Yin et le Yang, ce qui fut d'ailleurs une volonté des artistes. En effet les arrières plans, parfois vides, s'harmonisent avec merveille avec les personnages plus détaillés. Disney s'amusant parfois à retranscrire de-ci de-là le théâtre d'ombre chinois sur certaines scènes.

L'humour, omniprésent et qui dédramatise le scénario, est également rehaussé par une magnifique bande originale, combinant musiques traditionnelles et symphonies modernes. Particulièrement soignés, certaines scènes ne pourront que vous clouer sur place. Dont certainement la séquence la plus célèbre du film : la charge des Huns dans la montagne. Cette dernière, reprennant plus ou moins le principe infographique de la charge des gnous dans Le roi lion et la foule massive de Le bossu de Notre-Dame, est mise en scène de façon grandiose. La musique apporte également une richesse indiscutable au film, alourdissant l'athmosphère ou accentuant les ressords comiques.

Mulan bénéficie ainsi d'une ensemble cohérant, émouvant et intense, dans un magnifique scénario conférant à son héroïne toute sa dimension humaine. Mulan reste une oeuvre incontournable des studios Disney, qui bénéficie d'un scénario beaucoup plus riche et profond que ne le laisse supposer un premier visionnage. A découvrir et à apprécier sans attendre.

17 mai 2008 par Olikos