Doublage : Le roi lion II - La fierté de Simba / L'honneur de la tribu

Le roi lion II a connu jusqu'ici deux doublages francophones : un au Québec et un autre en France. Toutefois, pour une raison mystérieuse, la version Québécoise est désormais devenue introuvable ! Elle a en effet été remplacée en 2004 par la version française. Il s'agit actuellement du premier cas de ce genre au Québec pour la collection numérotée. Aujourd'hui, on suppose que le doublage québécois de ce film a été retiré parce que les premier et troisième volets de la saga ont tous deux été doublés uniquement en France. Pour assurer une continuité de voix, ce choix éditorial semble logique, mais injuste vis-à-vis du Québec.

Si l'on fait l'impasse du doublage exclusivement français du premier film, quasiment rien ne permet de se rendre compte qu'on est en présence d'une version québécoise provenant de l'autre côté de l'Atlantique. Ah si en fait, deux petits détails ! Le premier est la façon dont est prononcé le nom de Timon ni de façon anglaise, ni de façon française. La seconde est le mot "téléavertisseur" que ce dernier prononce. Ce terme surprendra à coup sûr l'oreille française qui ne le connait sans doute pas. (Pour information, il s'agit d'un Pager ou d'un Bipeur). En dehors de ces deux particularités propres à cette version, les comédiens sont très bons dans leurs rôles. Aline Pinsonneault nottamment est excellente dans le rôle de Kiara. D'ailleurs les autres comédiennes assurent superbement les rôles féminins. La voix de Hélène Mondoux est parfaite pour Nala, mais c'est surtout Carole Chatel qui décroche le meilleur rôle avec Zira. Froide, dure mais étrangement douce avec Kovu, le rôle est réellement manifié. Du côté des messieurs, peu de choses à dire. Le duo Timon (Sébastien Ventura) / Pumba ( Vincent Davy) donne une couleur différente aux personnages sans pour autant les dénaturer. Seul Zazu manque de style et semble ici bien loin du fidèle bras droit. Il est d'ailleurs curieux de relever que pour une fois, Zazu tutoie Simba pendant que la version française préférera le vouvoyer (généralement, c'est l'inverse). Au rayon reproche, je dirais que cette fois, le choix de se tenir le plus proche des chansons originales donne un mauvais résultat sur deux d'entre elles (particulièrement "Ma berceuse" qui a bien du mal à tenir le ryhtme de la musique).

Incontestablement, la version française contrebalance les performances. S'il n'y a pas grand chose à dire de ces mesdames (à part KellyMarot dans le rôle de Kiara qui a bien du mal à chanter correctement), c'est la présence de trois comédiens chevronés qui donne le ton : Jean-Philippe Puymartin (Timon), Michel Elias (Pumba) et Med Hondo (Rafiki). Avec ces trois là, impossible de ne pas apprécier la version française. Pratiquant parfois l'improvisation la plus totale dans les dialogues, les trois compères ont assuré le succès des personnages, et c'est d'ailleurs avec un grand plaisir qu'on les retrouve dans chaque film et dans le parc. Seul regret Jean-Philippe Puymartin ne fait pas toujours la voix de Timon (Dans la série télévisée ainsi que dans "Tous en Boite") mais peu importe ! Le duo Timon/Pumba est à mourir de rire. Pour le reste, les comédiens du premier film retrouvent leurs personnages respectifs et assurent une bonne continuité. Globalement, le doublage français est donc fidèle à "Le roi lion". Seule véritable démarcation, en s'éloignant du texte original, la chanson "Mon chant d'espoir" est beaucoup mieux rendu en français qu'en québécois.

La confrontation des deux versions de ce film est particulièrement intéressante, tout en ayant une résonnance importante pour le public québécois (qui a perdu sa version depuis 2004). Elle évite ainsi d'être oubliée du public. La version québécoise offre une véritable rédécouverte du film, il faut dire que les rôles féminins sont de vrais réussites. Nombre des chansons de ce doublage sont superbement interprétées dont "Trahison" et "L'amour saura gagner". Entendre Francois Godin dans le rôle de Simba est également pour moi une vrai bouffée d'oxygène. Bien qu'appréciant beaucoup Emmanuel Curtil, ce dernier est dans l'univers du doublage français beaucoup trop présent dans de trop nombreux rôles (radio, cinéma, télévision...) sans compter ses inombrables personnages dans l'univers Disney. Assurémment, François Godin apporte une vrai fraicheur et une vrai identité à Simba. Autre avantage de la version québécoise, la présence de Victor Dessy dans le rôle de Mufasa. Ce dernier se rapproche beaucoup mieux de la voix de Jean Réno ce qui n'est pas du tout le cas de Laurent Gamelon en France. De son côté, la version française bénéficie de trois comédiens talentueux assurant inévitablement une performance inoubliable. On remarquera d'ailleurs avec un grand plaisir que les deux versions francophones possèdent des chansons aussi bien interprétées dans les deux cas, mais dont les dialogues sont différents tout en étant complémentaires. S'il n'en tenait qu'à moi, je mixerai ensemble certaines d'entre elles et les écouterai en boucle ! Je suis d'ailleurs bien incapable de choisir laquelle des deux versions je préfère. Pour être parfaitement heureux, il faudrait créer une version alternative : les rôles féminins québécois, François Godin dans le rôle de Simba, Jean-Philippe Puymartin et Michel Elias dans ceux de Timon et Pumba, et un habile mixage pour les chansons.

2007 par Olikos