Dingo & Max 2 - Les sportifs de l'extrême / Extrêmement Dingo : Quelques informations

C'est le 1er août 2000 en France que le cauchemar de Maxime (à savoir son père) arrive dans une aventure directement en vidéo.

Le film ne possède pas de doublage québécois, car il s'agit de "personnages emblématiques" de Disney, qui ont toujours une voix française. Cependant, il est intitulé Extrêmement Dingo. Du coup, nos voisins québécois ont pu bénéficier du film plusieurs mois avant, le 29 février 2000 exactement.

Résumé

Max part à l'université et une nouvelle vie s'offre à lui : liberté, sports, amies... Mais Dingo, son père, est triste à la maison, et se sent seul. Il quitte sont travaille et rejoint Max au collège. Le cauchemar de Max commence...

Analyse de l'oeuvre

Max a grandi depuis que nous l'avions laissé dans Dingo & Max, à présent il entre à l'université, et son père est triste de le savoir si éloigné de lui.

Alors que Dingo & Max était réellement une bonne surprise lors de sa sortie cinéma, Dingo & Max 2 - Les sportifs de l'extrême tente de prolonger la relation parent/enfant entre Dingo et Max, sans y parvenir. Je n'arrive pas à me l'expliquer, mais quelque chose manque au film. L'émotion peut-être, qui est totalement absente ici. On ne s'attache plus du tout aux héros de ce nouveau long métrage. Le "sport de l'extrême" n'est autre que le skateboard. C'est un intéressante idée en soit, puisqu'elle fait allusion à l'introduction du premier film, mais devient rapidement très peu crédible.

L'absence complète de quasiment tous les personnages connus jusqu'à présent se font cruellement désirer. Nous avions de plus laissé Max dans une toute nouvelle relation naissante avec Roxane, qui est ici totalement laissée de côté. Pourquoi ne pas l'avoir intégrée au film ? Heureusement, leur relation est "sauve" puisque Max ne semble pas ouvert à de nouvelles relations sur ce film (contrairement à son père). On peut donc se consoler en imaginant que chacun est dans une université différente, mais qu'ils se fréquentent encore.

L'idylle entre Dingo et la Bibliothécaire est amusante, mais je ne peux que m'indigner de rencontrer encore la caricature de la femme coincée qui reste constamment le nez dans les bouquins dans un tailleur strict, avec les lunettes en demi-lune, et semblant n'exister que pour faire taire toutes les personnes aux alentours, tout en ayant jamais évolué dans la modernité. Les bibliothèques et centres de documentations ont évolués depuis, on rencontre heureusement de moins en moins ce genre de responsable peu agréable (et c'est tant mieux). Le métier ayant largement évolué depuis ce temps archaïque.

Ce petit aparté mis à part, l'ensemble du film est agréable à l'oeil, mais sans plus. L'ensemble des gags repose entièrement sur les épaules de Dingo. Le scénario se suit sans broncher, mais il ne faut pas en attendre plus. Peut-être les pratiquants de "sports extrêmes" s'attacheront à ce film, ce n'est malheureusement pas mon cas.

Dingo & Max 2 - Les sportifs de l'extrême est donc un film moyen dans la lignée des exclusivités vidéos. Il reste cependant abordable et non lassant. J'en espérais bien mieux.

9 octobre 2006 par Olikos