Doublage : Monstres Inc. / Monstres & Cie

S'il y a bien des films sur lesquels tout repose sur un duo talentueux de comédiens, ce film est de ceux-là. Que ce soit Jacques Frantz / Éric Métayer en France et Denis Mercier / Alain Zouvi au Québec, la dynamique des personnages atteint parfaitement son objectif. Les interprétations françaises et québécoises se veulent dans leur essence différente, pour autant, on ne peut pas renier la qualité équivalente et le talent de ces comédiens.

Il ai par contre un personnage qui tire son épingle du jeu particulièrement dans la version française : Bouh. L'interprétation de Lola Krellenstein est une réussite dans la mesure où la transition vocale entre elle et Mary Gibbs (en anglais) est totalement transparente. Ce n'est malheureusement pas du tout le cas de Catherine Léveillé dans la version québécoise. Bien que Bouh s'exprime dans les deux versions en français, les rires et cris de Bouh sont restés dans les deux cas en anglais, et c'est ce qui dessert malheureusement l'interprétation de Catherine Léveillé, leurx voix respectives n'étant absolument pas concordantes. Elle reste toutefois très touchante dans ce rôle.

Fait particulièrement rare pour être souligné, la version française se permet de grandes libertés sur les noms de plusieurs personnages. Mickael Wazovski devient ainsi un étonnant Bob Razovski, changeant dès lors aussi bien de prénom que de nom de famille ! Randall, un autre personnage de l'histoire, se métamorphose en Léon. Enfin, l'irrésistible Roz devient en français une pétillante Germaine. Quelques ajustements mineurs sont également à signaler dans la version française, mais surtout une petite boulette qui a du mal à passer inaperçu. On sait, grâce au film, que l'entreprise de Wathernoose permet de relier toutes les chambres d'enfants de la planète. A un moment donné, Sulli effraie de nombreux enfants lui permettant de gagner la première place du meilleur monstre. Problème, en français, Sulli annonce être tombé sur une colonie de vacances. Cela se révèle en fait absolument impossible, aucune porte de colonies de vacances n'est relié à l'entreprise. La version québécoise fait heureusement le choix de la logique, en évoquant un imprévu qui permet à Sulli de gagner le concours : une fête d'enfant organisé dans la chambre de l'un d'entre eux.

Le nom de l'entreprise de Wathernoose possède deux noms différents : « Montres & Cie » en français pour Monstres et compagnie, et « Monstres, Inc. » en québécois pour Monstres Incorporés. Pour le public français, le terme incorporé peut sembler étrange. On l'utilise ici plutôt dans le jargon militaire. On comprend cependant aisément le choix de la version québoise qui a souhaité conserver la logique de l'enseigne apparaissant à l'écran. Il est d'ailleurs amusant d'entendre Célia répondre au téléphone par un très drôle « Montre-z-inc », comme si Monstres Inc. n'était qu'un seul mot. La France, ne faisant jamais les choses comme tout le monde a, au contraire, choisi un titre plus parlant pour son public avec un simple Monstres et Compagnie. Incorporated se révèle en effet peu compréhensible, particulièrement pour le jeune public, surtout que s'il l'on s'en tenait à une traduction littérale, il faudrait Monstres Corporation.

Mis à part ces quelques subtilités vocales et de traduction, les deux versions francophones valent le détour, elle se valent qualitativement l'une comme l'autre. Un véritable plaisir à écouter. Les amoureux du doublage se doivent donc de les connaître et les apprécier toutes les deux à leur juste valeur.

Juillet 2010 par Olikos