Lilo & Stitch : Quelques informations

Lilo & Stitch marque le retour en force de l'aquarelle, 50 ans après Dumbo. Cette technique longtemps laissée de côté à cause de sa trop grande difficulté, et au soin constant des dessinateurs, avait été remplacée par la gouache puis par l'informatique. Le film est sorti sur les écrans français le 26 juin 2002.

Le film possède un doublage québécois et est sorti en salle le 16 juin 2002. Le Québec préfère délaisser la particule "&"au profit de Lilo et Stitch. Le film doit être classé après Retour au pays imaginaire, leurs sorties ayant été inversées en France.

Il est courant et même fréquent d'entendre parler de l'amérique "puritaine" qui n'hésite pas à modifier ou censurer des films afin de ne pas choquer les spectateurs. Mais pour une fois, la censure a été commandée par un pays Européen pour Lilo & Stitch. Au Royaume-Uni, une scène du film a été remplacée : dans le film original, Lilo qui tente d'échapper à sa soeur Nani se réfugit dans un sèche linge. Ce dernier a été remplacé par une armoire à linge sur toutes les copies anglaises de l'oeuvre.

Résumé

Sur une planète lointaine peuplée d'extra-terrestres, un scientifique nommé Jumba a mis au point dans son laboratoire, via une série d'expérimentations génétiques illégales, une créature bleue programmée pour la destruction de masse. 626 (c'est son nom) est confisqué par la police et destiné à être détruit, mais il fausse compagnie à ses gardiens et s'échappe à bord d'un vaisseau. Direction la terre, Hawaii plus précisément, où il sera recueilli par une petite fille solitaire... Exubérante et quelque peu excentrique. Lilo est une adorable petite fille hawaiienne à peine plus grande qu'une noix de coco ! Elle adopte ce qu'elle pense être un chien errant, Stitch. Mais ce qu'elle ignore, c'est que Stitch est le résultat d'une expérience génétique et qu'il s'est échappé d'une planète étrangère... S'il est plus intelligent qu'un ordinateur, c'est aussi un drôle de monstre très dévastateur... Pour Lilo, c'est alors le début des ennuis mais aussi d'une formidable aventure ! Ce duo étonnant va semer la pagaille dans son entourage proche, mais ils vont surtout découvrir ensemble que ce qui compte avant tout, c'est la famille.

Analyse de l'oeuvre

Lilo & Stitch marque une rupture nette des productions des Walt Disney Animation Studios. Tout d'abord, c'est le premier film de ce studio à sortir en été en France, mais également le second à rater la traditionnelle période de Noël après les aventures comiques de l'empereur Kuzco. C'est également la première fois que deux films de ce studio sortent à quelques mois d'intervalle en France (La planète au trésor - Un nouvel univers lui succèdera à peine cinq mois plus tard). Mais ce n'est pas tout, il s'agit également de la première oeuvre de science fiction (Atlantide, l'empire perdu serait plutôt une aventure fantastique) mettant en scène des extraterrestres belliqueux et des combats spatiaux. Pour couronner le tout, Lilo & Stitch marque le retour en force de l'aquarelle, 50 ans après avoir été abandonnée par les studios (car très difficile à maîtriser). Pour finir dans ce brusque changement des studios, les deux personnages principaux sont de véritables pestes détestables, instables, hypocrites et mal élevés, bref de parfaits anti-héros.

Et pourtant, tout ce mélange hétéroclite est la force première de Lilo & Stitch, dont on ne regrette au final que sa durée que l'on voudrait plus longue. Bien que le style soit au premier abord différent de ce que l'on connaît de Disney, Lilo & Stitch s'inscrit parfaitement dans la tradition des superbes films en 2D. Le thème de la famille y est sans nul doute le plus développé, le plus touchant, le plus réaliste, et finalement, le plus humain de tous les films précédents. Le film mélange les genres, les formes, les couleurs et même les musiques, mais se forge une identité propre nettement exotique et dépaysante que peu de monde méprise. Bien que le scénario se veuille minimaliste, c'est surtout son ambiance originale qui nous plonge dans cette aventure idyllique sur l'archipel d'Hawaii. Disney marque d'ailleurs avec enthousiasme un hommage brillant à une célèbre vedette qui adorait Hawaii : Elvis Presley. Ce dernier a en effet parcouru l'archipel à de nombreuses reprises, apportant ainsi une note d'authenticité indéniable à la quête de Lilo. Le film est d'ailleurs ponctué de plusieurs des plus célèbres chansons du King, et on peut même apercevoir son visage à plusieurs reprises.

Mais Lilo & Stitch ne repose pas que sur son aspect visuel et auditif. Les personnages apportent une fraîcheur inattendue, que ce soit du côté des humains, que celui des extraterrestres. Car en fin de compte, les véritables méchants du film ne sont indéniablement pas ceux auxquels on peut s'y attendre. Les vrais démons de cette histoire sont tout simplement les deux personnages principaux du film, rien que ça ! Lilo par exemple, est dès le début une peste détestable, sujette aux crises de nerfs incontrôlables et au franc parler plein de "couleurs". A ces côtés, le monstrueux Stitch détruit tout sur son passage et cela pour le simple plaisir de pouvoir le faire. Pourtant, dans les deux cas, on s'aperçoit finalement qu'il ne s'agit que d'une facette, et comme le dit si bien l'expression, la première impression n'est pas forcément la bonne. Passé la première introduction des personnages, rocambolesque par ailleurs, on découvre pourquoi ces deux êtres si différents se ressemblent. L'un comme l'autre ont perdu tous leurs repères dans la vie (Lilo a perdu ses parents, Stitch sa liberté), et même si leurs buts premiers ne sont pas les mêmes, leur rapprochement les conduira à former une petite famille recomposée mais quelque peu instable. Si Lilo et Stitch forment le couple vedette du film, on remarque assez vite que le même schéma se reproduit avec tous les autres personnages. Nani par exemple, elle-même meurtrie dans son rôle improvisé de tuteur légal, semble à l'opposée même de son compagnon David, si détendu et enjoué. C'est la même chose du côté des aliens formés par le duo improbable de Pikly, instable, facilement effrayé, soumis aux crises d'angoisse les plus invraisemblables, et de son comparse Jumba, qui ne rêve que de retrouver sa tendance démoniaque.

Lilo & Stitch dégage une aura incroyable et une puissance inégalée au thème si cher à Walt Disney qu'est la famille. Désunies, sur le point de la rupture dramatique, les personnages se forgent peu à peu une identité en se regroupant. L'aspect science-fiction n'y est donc au final que très secondaire, même s'il offre de grandes batailles et courses poursuites magistrales, sans pour autant écarter les traditionnels clichés humoristiques du genre. La tradition Disney veut également que les créatures aliens ne soit pas repoussantes auprès du public. Même si leurs aspects permettent de se forger une idée du camp auquel ils appartiennent, il n'y a pas de véritables méchants dans cette histoire. Et c'est peut être là toute la force de Lilo & Stitch, confirmant ainsi cette étrange rupture dans la tradition des longs métrages des Walt Disney Animation Studios. Au final, on passe un extraordinaire moment de cinéma en leur compagnie. Indéniablement, le public s'est entiché de Lilo mais surtout de Stitch, qui est devenu en un temps records un emblème incontournable de la marque. Si le film a donné suite à un téléfilm, une série télévisée au final assez peu agréable (et trop inspirée de Pokémon), il s'est tout de même offert le luxe d'une suite directement parue en vidéo exemplaire, qui est digne de celui-ci et parfaitement complémentaire. Lilo & Stitch est un très bon film, à l'ambiance si particulière et par sa construction réaliste d'une famille déchirée par un drame. A découvrir et à posséder.

07 août 2008 par Olikos