Le monde de Nemo / Trouver Nemo : Quelques informations

Trouver Nemo est le cinquième film d'animation produit par les studios Pixar. Il sort d'abord au Québec le 20 mai 2003, puis en France le 26 novembre 2003 sous le titre Le monde de Nemo. Il s'agit du premier film d'animation qui a détrôné le record de recettes en salle autrefois détenu par Le Roi Lion.

Le film possède deux doublages francophones d'excellente qualité, par ailleurs toutes deux analysées sur le site.

Résumé

Nemo est le dernier petit poisson clown de Marin. Il a autrefois survécu à une attaque tragique qui causa la disparition de sa mère et de tous ses frères et soeurs. Malheureusement, son père le surprotège beaucoup trop, et lorsque l'enfant décide de voler de ses propres ailes, il se fait kidnapper par un plongeur. Marin va alors devoir affronter les océans pour retrouver son unique fils, accompagné de Doris qui n'a aucune cervelle.

Analyse de l'oeuvre

Ainsi va la vie, Le monde de Nemo, pourtant le premier long métrage à rencontrer un succès faramineux aux box office américain au point de ringardiser celui de Disney pour Le roi lion onze ans plus tôt, marque ma première et longue rupture avec le célèbre studio Pixar. Autant l'avouer, je me suis ennuyé ferme devant ce long métrage dont l'aspect émotionnel est inexistant. Le monde de Nemo n'est qu'une longue succession de tableaux qui n'apportent rien au récit et qui nous emmènent vers un but final aussi prévisible qu'ennuyeux au possible. Après deux véritables chefs d'oeuvre du cinéma d'animation, ce long métrage a été pour moins une vrai douche glaciale, interrompant net toute future passion pour le studio Pixar, au point que je n'arrive plus à apprécier le moindre de leurs films depuis. Tout ça en raison de la présence de Marin, unique personnage de la filmographie Pixar qui n'évolue absolument pas et n'apprend jamais rien de ses erreurs. Marin est un père possessif, obsessionnel et nombriliste qui ne fait jamais preuve de l'once d'un amour pour son fils, puisqu'il part à sa recherche non pas pour le sauver mais pour retrouver le confort de sa vie. Bref, je n'aime pas Marin, il gâche tout le film. S'il n'y avait pas l'irrésistible Dory, je crois bien qu'il y a longtemps que je aurai relégué Le monde de Nemo dans un coin sombre et plein de poussière pour ne plus avoir à y revenir. Avec le temps, est-ce que ce ressenti est passé ? Non, toujours pas.

Le début de Le monde de Nemo est pourtant extrêmement prometteur, puisqu'il semble vouloir évoquer le long travail de deuil d'un mari qui perd sa femme et ses nombreux enfants sous ses yeux. Mais très vite, le récit se débarrasse de ce contexte aussi vite que le titre du film est affiché à l'écran car Marin les oublie complètement ! Désormais, sa meilleure méthode pour lutter contre son trouble de stress post-traumatique, c'est de faire une fixation sur la nageoire atrophiée de Nemo. Il déplace sa propre peur en rejetant tout sur les épaules de son jeune fils, allant même jusqu'à constamment l'humilier en lui faisant croire qu'avec un tel handicap, il n'arrivera jamais à rien dans la vie. Quel père cruel, franchement ! Une fois Nemo kidnappé, il se lance pourtant à sa poursuite. On pourrait croire alors qu'il fait preuve de résilience. Sauf que non, Dory s'en mêle et va mener la danse jusqu'à la fin du récit !

C'est elle qui va continuellement faire avancer l'intrigue et mener Marin à son but. Lui ne fera rien d'utile. En plus, jamais Marin n'accordera la moindre confiance ni la moindre estime à Dory, dont le trouble de la mémoire immédiate le dérange au plus haut point. Marin fera même régulièrement preuve de couardise, en se cachant derrière Dory dans les situations les plus gênantes, histoire qu'elle se fasse manger et pas lui ! Comment réussir à apprécier Marin en sachant cela ? Il en devient même difficile d'accorder la moindre estime à son revirement de dernière minute à la fin du film, puisqu'il ne fera pas preuve d'évolution tout au long du récit ! Même son sauvetage de Dory chez les méduses sonne faux, puisque la seule chose qui l'intéresse chez elle à ce moment là, c'est de connaître l'adresse où retrouver son fils à Sydney.

Après avoir dressé un tableau aussi noir de Marin, comment puis-je encore regarder Le monde de Nemo ? Exception faite de la succulente Dory, la partie concernant Nemo dans l'aquarium du dentiste P. Sherman (42 Wallaby Way, Sydney) est au contraire une réussite narrative. Nemo a été tellement conditionné par son père durant toute sa jeune vie, que le travail de désendoctrinement effectué par Gill sonne totalement juste. Nemo va apprendre à accepter son handicap, à comprendre qu'il peut réaliser des choses par lui-même, bref, à s'émanciper. Sauf que bien sûr, durant un temps, lui aussi ne va voir en Nemo qu'une nouvelle opportunité de s'évader. Mais à la différence de Marin, quand cela tournera au vinaigre, Gill réalisera tout de suite son erreur. Lui au moins fera preuve d'une vrai rédemption ! Il faut aussi dire qu'il est épaulé par d'excellents camarades dans l'aquarium, mention spéciale à la jumelle Flo ! C'est d'ailleurs ce qui marche le plus dans Le monde de Nemo, l'intégralité de ses personnages secondaires : de la tortue Crush à Nigel le pellican, sans oublier l'effrayante Darla.

Si l'on excepte La petite sirène de Disney qui présentait déjà un univers aquatique en 2D fort réussit, Le monde de Nemo fait forcément beaucoup mieux grâce à l'image 3D numérique. Les fonds marins sont franchement spectaculaires, particulièrement le magnifique récif de corail. Le studio Pixar fait preuve d'un soin évident du détail, allant jusqu'à personnaliser presque chaque tortue ou méduse rencontrée dans le film. Il réalise globalement la même chose pour le monde humain, alors que celui-ci est moins présent dans le long métrage. On retiendra surtout le cabinet du dentiste P. Sherman (42 Wallaby Way, Sydney) qui fourmille de petits détails amusants. Concernant la bande originale, Thomas Newman offre aussi aux oreilles un spectacle auditif réjouissant qui évoque régulièrement la mer. Il faut dire aussi que les morceaux joués au piano font irrémédiablement penser à une autre bande originale incontournable du cinéma : Titanic par James Horner. Ceci explique cela !

Le monde de Nemo est mon premier film de ce que j'ai nommé ma période de désillusion Pixar. Aussi beau et intéressant soit-il sur le plan technique, voire même musical, je ne supporte absolument pas son héros Marin. Il est un faux jeton froussard et pleutre qui ne réussit pas à accepter ses défauts, ni à tenter de les surmonter par lui-même. Tout ce qu'il accomplit n'est fait que pas pure nécessité. Un aspect de sa personnalité qu'il ne corrigera d'ailleurs jamais, revenant même inchangé dans le deuxième volet Le monde de Dory où il a, fort heureusement pour moi, un rôle bien plus marginal. Or, sans l'aide de Dory, Marin n'aurait ici sans doute jamais réussit à retrouver son fils. Aujourd'hui, je ne retiens donc que celle-ci de Le monde de Nemo qui, malgré sa mémoire défaillante, ne renonce pas une seule fois à affronter son destin, peu importe ce ça lui coûte, toujours droit devant elle. Car en réalité, c'est elle la seule et vrai héroïne de ce long métrage !

11 novembre 2016 par Olikos

Voxographie sélective

Version québécoise d'origine (2003)

Marlin : Pierre Auger 1

Doris : Anne Dorval 1

Nemo : François-Nicolas Dolan 1

Gill : Sylvain Hétu 1

Boule : Hubert Gagnon 1

Pêche : Hélène Mondoux 1

Gargouille : Jean-François Beaupré 1

Bubulles : Carl Béchard 1

Deb / Flo : Geneviève Désilets 1

Jacques : Alain Sauvage 1

Nigel : Manuel Tadros 1

George : Daniel Picard 1

Tortillon : Renaud Proulx 1

Monsieur Raie : François Godin 1

Bruce : Guy Nadon 1

Ancre : Jean-Marie Moncelet 1

Rame : Denys Paris 1

Phillip Sherman : Benoit Rousseau 1

Darla : Charlotte Mondoux 1

Tad : Xavier Dolan-Tadros 1

Perle : Catherine Allard 1

Sheldon : Laurent-Christophe De Ruelle 1

Version française d'origine (2003)

Marin : Franck Dubosc  2

Dory : Céline Monsarrat  2

Nemo : Kévin Sommier  2

Bruce : Richard Darbois  2

Gill : Dominique Collignon-Maurin  2

Boule : Med Hondo  2

Astrid : Martine Meirhaeghe  2

Gargouille : Georges Caudron  2

Bubbles : Nicolas Marié  2

Deb / Flo : Virginie Mery  2

Jacques : David Ginola  2

L'Amiral : Guy Chapellier  2

Crush : Samy Naceri  2

Corail : Danièle Douet  2

Squiz / Titouan : Gwenaël Sommier  2

M. Raie : Emmanuel Jacomy  2

Enclume : Gérard Surugue  2

Chumy : Patrice Dozier  2

Phillip Sherman : Patrick Préjean  2

Darla : Camille Tissier  2

Ted : Stefan Godin  2

Perle : Claire Bouanich  2

Sheldon : Maxime Nivet  2

Père de Sheldon : Jean-François Aupied  2

Jimmy : Matthias Mella  2

Tortue : Yann Peira  2

Enfant : Paul Godeau  2

Enfant : Nicolas Godeau  2

Petite fille poisson : Camille Donda  2

Mouettes : Mark Lesser  2

Chef poisson-lune : Bernard Métraux  2

Sous-chef poisson-lune : Philippe Catoire  2

Père de Perle : Jean-Jacques Nervest  2

M. Johasenn : Christian Pélissier  2

Epurateur 2003 : Denise Metmer  2

Barbara : Hélène Otternaud  2

Baz : Bertrand Liébert  2

Pélican : Constantin Pappas  2

Bernie : Jérôme Pauwels  2

Espadon : Bruno Raina  2