Doublage : Trouver Nemo / Le monde de Nemo

Deux doublages francophones existent sur ce film. Un québécois et un français. Comme toujours, et même si les sorties cinéma sont désormais rapprochées entre les deux pays, le Québec a une fois encore le privilège de diffuser en premier dans note langue commune.

La première particularité du doublage québécois (2003) est lié à son titre Trouver Nemo ! Grosso-modo la traduction littérale du titre américain, Trouver Nemo annonce la couleur d'entrée. On sait déjà de quoi le film sera fait. Autre détail linguistique, le papa de Nemo se nomme Marlin (oui avec un l comme en VO) et son amie toute bleue Doris. En dehors de ces deux aspects propres au Québec, ce doublage est une véritable réussite, n'ayons pas peur des mots : une vrai perle rare. Soigné à tous les niveaux, l'écoute du film est un régal pour les oreilles. Drôle, cocasse, inventif, cette version du film fera sans doute l'unanimité. Mention spéciale à la voix de Doris (Anne Dorval), particulièrement enjouée et rafraîchissante, elle apporte une aura surprenante de qualité au personnage. On en redemande.

Le doublage français (2003) se veut immédiatement plus énigmatique, à commencer par son titre Le monde de Nemo. Rien en effet ne laisse supposer sur l'avenir du personnage de Nemo au premier coup d'oeil. Autre particularité, le père de Nemo se prénomme ici Marin (sans l) probablement un choix de prononciation qui diffère de la version américaine du film, cela n'handicape cependant à aucun moment la narration de l'oeuvre. Sans fausse modestie, ce doublage se révèle lui aussi d'un excellent cru à tous les niveaux. Une fois encore Dory est irrésistible, même si elle bénéficie chez nous de la voix "prestigieuse" et officielle française de Julia Roberts. Nemo et le reste des ses camarades de l'océan bénéficient d'un soin particulier très inspiré.

A n'en pas douter, les deux doublages pour ce film démontrent à eux seuls la capacité exceptionnelle de Disney de réunir dans le monde de talentueux doubleurs vocalement proches les uns des autres, ainsi que des voix originales. Une confrontation de ses doublages permet de réaliser à quel point les voix se rejoignent d'un côté comme de l'autre de l'Atlantique. Ne possédant aucune chanson, la qualité des deux doublages se veut donc similaire, et évite les divergences d'interprétation que nous autres français somment habitués. Maîtrisés du bout des lèvres, tous les personnages sont de vrais réussites. Étonnant à quel point les deux voix de Nemo sont quasi-similaire, incroyable performance sur Doris/Dory aussi drôle dans les deux versions, et un attachement immédiat à Marlin/Marin dans les deux cas. Ces deux doublages sont donc de franches réussites qu'il convient de découvrir l'un à la suite de l'autre, dans le sens de votre choix. On retourne dans ce beau monde bleu avec grand plaisir. Au final, seul le vrai expert en voix saura réellement différencier l'un ou l'autre des deux doublages. Seul indice audible pour les autres : les mouettes !

22 septembre 2007 par Olikos