The wild / La vie sauvage : Quelques informations

Le film est sorti le 12 avril 2006 en France, deux jours seulement après la sortie québécoise. Le film possède un doublage québécois. Il s'intitule La vie sauvage.

Résumé

Dans un zoo de New York, après la fermeture, une fois que le public est parti et les employés rentrés chez eux, les animaux font la fête... Lors d'une partie endiablée, le petit Ryan, un lionceau, est malencontreusement propulsé hors du zoo dans une caisse. Pour le récupérer, il va falloir envoyer à l'extérieur, dans l'inconnu, une équipe de secours... Celle-ci sera constituée de Samson, le père de Ryan et roi du zoo, Larry, l'anaconda plus bête que dangereux, Benny, l'écureuil qui en connaît un rayon sur le monde de l'extérieur, Brigitte, une petite girafe futée avec une passion pour les jeux, et d'un koala nommé Nigel, qui ne supporte plus qu'on le trouve "mignon"... Leur odyssée va les conduire dans la jungle urbaine de New York, puis jusque dans la jungle sauvage d'Afrique...

Analyse de l'oeuvre

Disney, autrefois frustré par le départ annoncé de son compagnon de 10 ans (Pixar), décide de changer la donne et s'associe avec un autre studio pour repartir sur de nouvelles bases et ça donne The Wild. Le moins que l'on puisse dire c'est que le studio C.O.R.E. Feature Animation est de loin bien plus performant que Disney, la 3D est fine et précise, tout en étant très fluide, par rapport au désastreux Chicken Little. Mais il reste en dessous de grands studios comme Pixar. L'intégralité des animaux du film sont ainsi criant de réalisme. Samson le lion est réellement très réussi (mais certes un peu moins qu'Aslan du Monde de Narnia), ainsi que la girafe, le koala ou l'écureuil.

The Wild pioche beaucoup dans l'univers du Roi Lion, et de très nombreux clins d'oeil à celui-ci ont été glissés dans le film. L'équipe parvient à éviter le piège des humains mal modélisés, car on ne les voit pas réellement en entier, ou uniquement de dos, et c'est tant mieux tant ils sont inutiles à l'histoire. On regrettera toutefois le vide et le manque de vie de New York lorsque la joyeuse bande s'y trouve. Les décors sont parfois très beaux (la jungle, le zoo, les égouts) et parfois très laids (l'intérieur du volcan, New York dans une certaine mesure). Mais dans son ensemble, le film est réussi de ce point de vue là.

Le scénario est par contre très basique, se résumant à "Il faut sauver le lionceau Ryan" (comme s'amuse à le dire un des personnages en VO comme en VF), on ne peut pas vraiment dire qu'il soit très recherché. Ponctué de plus par plusieurs invraisemblances (comment les animaux ont-ils réussi à survivre à la traversée de l'océan Atlantique sans boire ni manger ??), le film s'en tire heureusement grâce à ses nombreux passages croustillants et désopilants, mais aussi grâce aux talents de la version française, qui arrive à nous dérider à plusieurs reprises. Ryan restant assez perturbant dans notre langue, puisqu'il possède la même voix française que Harry Potter, on pense donc immédiatement à ce dernier en entendant Ryan parler (espérons que Kelyan Blanc ne soit pas définitivement épinglé comme la voix française de Harry Potter, il reste un excellent acteur de doublage même sur ce film). Le scénario prend toutefois une tournure très inattendu (et scénaristiquement incompréhensible) lorsque Samson et Ryan se retrouvent enfin sur l'île. Mais pris par l'intrigue, finalement amusante, on se laisser prendre au jeu, et on accepte tout sans broncher.

Possédant les mêmes qualités que tous les films 3D actuels, mais aussi les mêmes défauts (des musiques bien trop contemporaines), The Wild n'est pas dépourvu de saveur et s'avère bien meilleur que Chicken Little. Parfois cocasse, mais jamais sérieux, le film se laisse suivre sans trop de problèmes, tant qu'on accroche à son humour. Visuellement très beau, mais peu être un peu trop faible dans son scénario, The Wild reste un agréable film à voir en famille ou entre amis. Il entre donc sans problème dans la grande famille Disney.

25 octobre 2006 par Olikos