Frère des ours 2 / Mon frère l'ours 2 : Quelques informations

C'est le 13 septembre 2006 que la suite de Frère des Ours sort pour la première fois en DVD sur le territoire français. Le film possède un doublage québécois. Il s'intitule Mon frère l'ours 2, et il est sorti directement en vidéo le 29 août 2006. Il s'agit du premier film des Disney Toon Studios qui n'a pas eu droit à une sortie VHS.

Résumé

Kenaï a accepté son statut d'ours. En compagnie de son frère adoptif Koda, il vit désormais heureux et épanoui en pleine nature sauvage. Un jour pourtant, Kenaï se trouve étrangement hanté par le souvenir de sa meilleure amie d'enfance, Nita. Il se remémore comment, encore adolescents, tous deux avaient voulu patiner près des chutes d'Hokani, et comment la glace s'était tout à coup fendue, immergeant la jeune fille dans les eaux glacées de la rivière. Nita n'avait dû son salut qu'au courage de Kenaï, qui n'avait pas hésité à plonger à sa recherche, la sauvant ainsi d'une mort certaine.

Analyse de l'oeuvre

Frère des Ours 2 se place quelque temps après Frère des ours. Kenaï a définitivement adopté sa nouvelle condition d'ours, et passe ses journées à s'amuser joyeusement avec son "frère ours" Koda. Tout serait parfait, si Kenaï ne se mettait à repenser à son amie d'enfance Nita à qui il avait autrefois remis un médaillon. Lorsque Nita veut se marier, les grands esprits s'y opposent fermement, car elle est déjà promise à Kenaï par un pacte qu'ils ont fait dans leur jeunesse. Tous deux doivent donc détruire le médaillon pour que le sort soit levé.

Le film part donc sur un scénario parmi les plus simples, même si elles piochent encore une fois dans les relations amoureuses impossibles déjà connus dans l'univers Disney. Toutefois, la jalousie de Koda envers Nita et l'abandon de Kenaï sont de réelles nouveautés appréciables. Le duo des élans reste égal à lui-même, inutile et complètement loufoque ! Reste juste un petit bémol, la fin du film est prévisible quasiment dès le début, même si de nombreuses fausses pistes et interrogations arrivent à faire parfois douter le spectateur. Dommage, avec une autre fin, le film aurait été bien meilleur. Mais nous sommes chez Disney, ça finit toujours bien.

Côté graphisme, on est frappé par la distinction bien nette entre les décors et les personnages. Les décors sont magnifiques et du même niveau que le premier film, alors que les personnages sont très nettement en dessous. La plupart des personnages ayant comme "perdu du poids", ils ont moins de volume, mais aussi moins de détails. L'animation est cependant excellente, et le niveau général du film s'améliore au fur et à mesure, ce qui fait qu'en fin de compte, la fin du film est d'une très haute qualité, alors que le début est presque moche.

Pour la bande son, l'absence des personnages attachants de Frère des ours et de leur interprétation manque beaucoup, car ceux qui sont là dans cette suite sont tous très médiocres et beaucoup moins convaincants (sans être mauvais). Truc & Muche ont changés de voix. Nous sommes dans une autre tribu Inuit, qui n'a rien à voir avec le premier film. Reste le duo performant Koda/Kenaï d'excellente qualité (même si Koda a une voix plus âgée).

De plus, Phil Collins, remarquable par son absence vocale sur le premier film, laisse sa place à Melissa Etheridge qui monopolise trop les chansons de ce film (en version originale). Elle fait exactement comme Phil a ses débuts chez Disney. Je fait ici allusion à la critique de Roy Disney (que j'approuve) qui lui reprochait de trop s'accaparer les chansons de Tarzan et rendait l'harmonisation de la BO bancale sur Tarzan. Dans Frère des ours, même si Phil était toujours là, d'autres chanteurs prennent sa place et même des personnages comme Koda.

Dans cette suite, c'est Melissa Etheridge (en VO) qui est seule à chanter (sauf le duo), à aucun moment un des personnages ne pousse la chansonnette. C'est le même syndrome que Tarzan. C'est à la fois magnifique et bancal. Attention cependant, la qualité musicale est de très haut niveau, et respecte bien le premier film. (Je regrette quand même le fabuleux thème Inuit de Phil Collins, remplacé par un nouveau thème dans ce film).

Le film comporte curieusement autant de "plagiat" que son prédécesseur. Il pioche ça et là des références visuelles des grands classiques Disney. On peut citer par exemple la course poursuite de Nita et des Ratons Laveurs (directement reprise de Tarzan), la séquence de maquillage et d'habillage (qui lorgne du côté de Mulan) ou l'intervention finale des Grands Esprits (très nettement inspiré d'Atlantide, l'empire perdu).

Frère des ours 2 est tout de même une suite de haut vol, respectant l'univers du premier film, pleine de bravoure, de suspense et de drôlerie. Même si cette séquelle n'atteint pas le même niveau, elle reste d'une qualité globale de bon niveau, à faire enfin oublier les "autres suites moches" qui ont depuis longtemps terni la réputation de Disney. Heureusement que le marché DVD accueille encore des films 2D de cette qualité. A quand un retour sur grand écran ?

10 septembre 2006 par Olikos