Clochette et la pierre de Lune / Clochette et le trésor perdu : Quelques informations

Le film est paru au Québec le 27 octobre 2009 et le jour suivant en France et Belgique. Le film ne possède qu'un doublage exclusivement français quel que soit le pays où il est distribué. Au Québec toutefois, le titre du film correspond à son homologue anglophone : Clochette et le trésor perdu.

A l'occasion de la sortie de ce film, Clochette a été élue Ambassadrice Honoraire pour l'Environnement par l'ONU le 25 octobre 2009 par Kiyo Akasaka, le Secrétaire général adjoint à la communication et à l'information. A cet honneur, le film a été projeté en avant-première mondiale dans la salle du Conseil de Tutelle.

Anna Ramade, qui avait gagné le concours Une voix pour une fée l'an dernier, reprend son rôle de Noa dans ce film. Sa participation y est cette fois nettement plus marquée, car Noa apparait bien plus souvent.

Thibault Vaneck, tout droit échappé de la série "Plus belle la vie", reprend ici le rôle de Terence, autrefois confié à Alexandre N'Guyen. Un coup publicitaire inutile sans nul doute, même si le jeune homme s'en sort bien avec le personnage.

Résumé

Clochette a été choisie parmi toutes les fées bricoleuses pour réaliser le Sceptre d'Automne. Son ami Terence est chargé de l'aider. Mais en lui apportant une boussole au lieu d'une pique, le jeune garçon casse maladroitement le Sceptre sur lequel elle travaillait. Folle de rage, Clochette empire la situation en brisant accidentellement la Pierre de Lune, la partie la plus noble du sceptre. Comme de son plein éclat dépend l'arrivée de la saison, elle doit partir au nord du Pays Imaginaire la réparer en urgence... Mais dans sa colère, elle est séparé de son ami de toujours, et doit donc faire le voyage seule.

Analyse de l'oeuvre

Propulsée au sommet de la gloire l'année dernière à l'occasion de la sortie de La fée Clochette, la collection pour jeune fille Disney Fairies se voit attribuer un second volet en vidéo produit par les Disney Toon Studios. Durant cette année, beaucoup de choses ont évoluées, et ce ne sont désormais plus quatre films que comptera la série, mais cinq. Cette information a été lachée plusieurs semaines à l'avance par Disney Consumer Products au mois de juillet 2009, avant même que la branche animation ne dévoile son existence ! Annoncé dès l'origine comme représentant chaque saison à chaque film, Clochette et la pierre de Lune nous plonge cette fois dans la magie de l'automne. Qu'en est-il de l'été, sans doute oublié par rapport au film précédent ? Nous le découvrirons sûrement dans les prochains films.

Etant le second volet d'une franchise clairement destinée à une tranche d'âge spécifique, et n'ayant absolument pas à prouver quoi que ce soit comme son prédécesseur, Clochette et la pierre de Lune s'en tire relativement mieux. On y retrouve en effet la même ambiance et la même féérie. Visuellement, le titre reste d'une qualité équivalente à La fée Clochette tout en y ajoutant quelques nouveaux effets visuels réussis. Les couleurs de l'automne rayonnent d'ailleurs de nuances merveilleuses fidèlement retranscrites. Ce nouveau volet de la saga se permet tout de même d'être mieux construit dans sa narration. Tous les personnages ayant déjà été présentés, on n'assite plus impuissant à des passages explicatifs trop longs. Le film se concentre cette fois sur une aventure unique et bien menée. Bien que le scénario ne vole pas très haut, il se laisse suivre sans broncher jusqu'à son dénouement inattendu. Une fois encore, toute l'attention du film est portée sur Clochette. Et on regrette toujours la voix de Lorie qui a bien du mal à rendre crédible le personnage, même si on s'habitue à sa prestation de meilleure qualité que sur le film précédent.

Etrangement, le film accumule les références à l'ensemble du catalogue Disney mais aussi celui de Pixar. De nombreux personnages et idées sont notamment piochés du film 1001 Pattes / Une vie de Bestiole, et on remarque quelques clins d'oeils discrets à de grands films comme Mulan et Blanche-Neige et les sept nains. Les plus importantes références consernent évidemment Peter Pan et on assiste tout au long du film à des surprises dissimulées dans les décors. Cela ne dénature cependant pas l'ambiance du film, bien au contraire. Mais ces caméos s'adressent plutôt aux adultes, qui sont malheureusement loin d'être ceux qui apprécieront à sa juste valeur le film. Les plus jeunes ne les remarqueront même pas.

On retrouve une nouvelle fois cette sensation irlandaise dans le film, la musique et les chansons y tenant une place bien plus importante. Le film propose ainsi de magnifiques musiques d'accompagnement et les prestations vocales sont parfaitement adaptées au contexte. Les passages les plus emblématiques du scénario sont ainsi très bien mis en valeur.

Clochette et la pierre de Lune est à l'image même de La fée Clochette, un film sans prétention aucune clairement destiné au jeune public féminin. La mythologie de la gamme Disney Fairies y est parfaitement retranscrite sans dévier une seule fois. Même si l'on regrette une fois encore la fée maligne et espiègle en 2D du film Peter Pan, Clochette et la pierre de Lune n'a pas à rougir par rapport à son prédécesseur. Une parfaite continuité qui satisfera les fans, mais qui offusquera toujours les plus réfractères à la franchise. Visuellement abouti, au scénario gentillet mais sans faille, le film est simplement bon. Il ne brille pas du sceau de l'excellence, mais à au moins le mérite de faire nettement mieux que tout ce qu'on a été habitué pour les films sortis uniquement à la vidéo.

1 novembre 2009 par Olikos