L'âge de glace / L'ère de glace : Quelques informations

Le film est sorti en salle sous le nom de L'ère de glace au Québec le 15 mars 2002. En France, il aura fallu attendre le 26 juin 2002 pour découvrir les aventures de Sid, Manny, Diego et Scrat

L'âge de glace bénéficie des voix de Gérard Lanvin (Manfred), Élie Semoun (Sid) et Vincent Cassel (Diego) quelle que soit la version. Il n'existe en effet aucune version québécoise pour ce film.

Résumé

Vingt mille ans avant notre ère, lorsque Scrat, un rongeur obstiné, fend la banquise et déclenche un nouvel Age de Glace, une vaste cohorte de mammifères s'assemble et commence à émigrer vers le sud. Manny, un mammouth solitaire qui n'en fait qu'à sa tête, choisit d'aller vers le nord et se voit bientôt rejoint par Sid, un petit paresseux volubile en quête de protecteur. Ce dernier l'oblige bientôt à recueillir un bébé humain, Roshan, que sa mère leur a confié avant de mourir, et à ramener celui-ci à son père, chasseur nomade parti vers le nord. Sur leur chemin, les deux compères devront protéger Roshan de Diego, un tigre aux dents de sabre chargé par son chef Soto de capturer le bébé.

Analyse de l'oeuvre

A l'aube des années 2000, la 20th Century Fox n'en est pas tout à fait à son coup d'essai en matière de film d'animation. La compagnie avait su brillamment s'allier à Don Bluth pour produire Anastasia qui rencontra en 1997 un succès colossal au cinéma. Malheureusement, l'échec retentissant de Titan A.E. en 2000 mit un terme, du moins provisoire, aux ambitions du tout jeune studio d'animation. La 20th Century Fox ferme dès lors le studio et prend la décision d'abandonner ce créneau. Mais c'est sans compter sur deux évènements qui vont leur faire réviser ce jugement. D'abord, un synopsis existe déjà pour un futur nouveau film d'animation intitulé L'âge de glace. Ensuite, les Blue Sky Studios convainquent le groupe de réaliser le long métrage entièrement en 3D, alors qu'ils étaient jusqu'ici cantonnés à seulement réaliser des effets spéciaux pour des longs métrages. La 20th Century Fox croit au paris, et décide de doubler les effectifs des Blue Sky Studios en transférant une grande partie du personnel de l'ancienne branche d'animation pour réaliser le film. Le destin de L'âge de glace est dès lors en marche !

La conception du film fut chaotique. Imaginé à l'origine comme un film d'animation 2D traditionnel, le parcours fut jonché d'obstacles. Car à l'exception de quelques courts métrages, dont Bunny qui fut récompensé au Festival de Cannes en 1998, les Blue Sky Studios n'avaient jusqu'ici aucune expérience dans la réalisation de longs métrages. Couplé à des problèmes au niveau du scénario et au fait que c'était la toute première réalisation de Chris Wedge (un ancien animateur des studios Disney), rien ne semblait pouvoir assurer que L'âge de glace allait briller en salle face à la rude concurrence de Disney, de Pixar ou de Dreamworks.

Contre toute attente, L'âge de glace fut finalement un très gros succès surtout aux Etats-Unis. On se demande bien pourquoi tant le film regorge de défauts. Rien qu'au niveau des textures et de l'animation, les Blue Sky Studios accusent un retard technologique évident. Que ce soit les personnages principaux ou pire, les humains, les studios sont à peine à la hauteur de ce que pouvait réaliser Pixar au début des années 1990. Le film a d'ailleurs aujourd'hui prit un sacré coup de vieux, particulièrement si vous avez l'occasion de le voir en haute définition. L'âge de glace ne brille pas vraiment non plus par son scénario. Simple prétexte à une succession de gags ou de scénettes reliés par un mince fil conducteur, L'âge de glace fait preuve d'un classicisme prévisible. Il fait ainsi bien pâle figure face à ses prédécesseurs en salle que sont le brillant Monstres & Cie ou l'indétrônable Shrek.

Mais alors qu'est-ce qui peut bien attirer la sympathie du spectateur pour L'âge de glace ? Ses personnages pardi ! Et avant tout, un écureuil irrésistible : le succulent Scrat. Lui qui n'était même pas prévu pour figurer dans le long métrage (seulement utilisé pour promouvoir le film dans la bande annonce) est devenu immédiatement crucial aux yeux du public. A tel point qu'il est devenu sa propre vedette tout le long du film, apparaissant ça et là au milieu du scénario en ne prêtant aucune attention à ce qui l'entoure. Scrat semble en effet totalement déphasé de l'univers qui l'entoure, ne cherchant qu'à assouvir son unique passion. Et pourtant, Scrat va régulièrement être à l'origine des mésaventures de Manfred (surnommé Manny), Diego et Sid.

L'âge de glace met en scène à l'écran des personnages surprenants, dans la mesure où certains d'entre eux sont des animaux éteints de nos jours. Manny est ainsi un énorme Mammouth, dernier descendant de son espèce. Bourru et quelque peu susceptible, il a le malheur de croiser la route de l'encombrant paresseux Sid, dont il ne pourra plus jamais se débarrasser. Comme le malheur n'arrive jamais seul, un encombrant bébé humain va venir semer la zizanie, d'autant plus qu'il est traqué par un tigre aux dents de sabre nommé Diego. Le long périple pour ramener le bébé à sa tribu est dès lors semé d'embûches et de rebondissements en tout genre.

Cette toute première production des studios Blue Sky Studios est sincèrement imparfaite sur de nombreux points. Tâtonnant régulièrement tout au long du film et à la qualité technique éventée même au moment de sa sortie, L'âge de glace reste quand même un film d'animation agréable qui se laisse regarder sans déplaisir en raison de ces héros aux personnalités formatés mais attachantes. Le public et la 20th Century Fox ont su lui donner une chance, et on ne peut que saluer le destin de ce film, devenu depuis le premier volet d'une délirante saga.

12 octobre 2012 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (2002)

Sid : Elie Semoun 1

Diego : Vincent Cassel 1

Manny : Gérard Lanvin 1

Scrat : Chris Wedge 1

Soto : Philippe Catoire 2

Les Dodos : Yoann Sover 2 et Jérémy Prévost 2

Les Paresseuses : Armelle Gysen 2 et Maureen Dor 1