La légende de Brisby / Brisby et le secret de NIMH 2 - Timmy à la rescousse

Quelques informations

Brisby et le secret de NIMH 2 - Timmy à la rescousse sort directement en VHS au Québec le 22 décembre 1998. Il faut ensuite attendre le 13 mars 1999 pour que La légende de Brisby soit commercialisé également en VHS en France. Dans les deux cas, le doublage français est proposé où on retrouve la même distribution que pour le premier film sorti 17 ans plus tôt.

Résumé

Timmy est le plus petit des souriceaux de madame Brisby. Il vit paisiblement dans la forêt avec sa famille. A sa grande surprise, il a été désigné pour succéder à son père, héros mythique et exemple de bravoure qui sauva les siens de la terrible emprise des savants du laboratoire de Nimh. Le jour est venu pour Timmy de quitter la maison afin d'apprendre à devenir un héros...

Analyse de l'oeuvre

Ce qu'il y a de dramatique avec les suites de films initialement réalisés par Don Bluth, Fievel au Far West excepté, c'est que la richesse du matériau de base de ses oeuvres est systématiquement saccagé par des studios américains sans scrupules. Petit-Pied a par exemple perdu pied depuis longtemps, noyé sous la masse insipide de quatorze séquelles sans âmes (treize films et une série) ! Après avoir plus ou moins sabordé l'angélique Charlie, MGM n'hésite pas à en remettre une couche en confiant la réalisation d'un nouveau film d'animation à un studio d'animation Tawainais. Et le choix des dirigeants n'est pas des moindres, puisque ce nouveau film est amené à devenir la suite directe du tout premier long métrage indépendant réalisé par Don Bluth ! Ainsi né en 1998 La légende de Brisby. Une catastrophe annoncée ? N'ayons pas peur de le dire, on est effectivement très proche du naufrage artistique, même si l'ensemble réussit péniblement à garder la tête juste au dessus des flots.

Il m'a fallu des années pour ne serait-ce qu'envisager d'acheter puis regarder La légende de Brisby. Avant ce pénible jour fatidique, j'avais longtemps cru, à la lecture du seul titre de l'oeuvre, que le scénario de ce long métrage était une préquelle, c'est à dire une histoire racontant les évènements antérieurs à ceux présentés dans Brisby et le secret de NIMH. En fin de compte, je me suis à moitié trompé. La légende de Brisby nage entre deux époques puisqu'elle tente de concilier des évènements antérieurs et postérieurs au film de Don Bluth. Quelle que soit la situation dans laquelle on se trouve durant le film, le constat est sans appel, c'est toujours mauvais. Dans les évènements postérieurs, on tente de nous faire avaler une couleuvre. On nous martèle ainsi que Timmy Brisby est un héros parce qu'une prophétie de Nicodemus l'a spécifiquement désigné. Pour cela, on vire donc l'héroïne du premier film de l'intrigue, Mme Brisby, tout en la réduisant à une odieuse mère qui favorise l'un de ses fils au profit de l'autre, ce qui permet le développement d'une jalousie entre les deux. Pour que la prophétie se réalise, elle n'hésite finalement pas à envoyer Timmy loin d'elle, tandis que son second fils va quitter le domicile. Elle n'en sera point émue, car la voici désormais débarrassée de poids morts ! Au revoir Mme Brisby, on n'a désormais plus besoin de vous dans le récit. Bref, merci MGM pour cette ignoble trahison faite au personnage ! Dans les évènements antérieurs, on désacralise le laboratoire de NIMH en multipliant inutilement la présence humaine, pour finalement la réduire à des cabotins sans cervelles. On est donc ici à mi-chemin entre le mauvais nanar et le bon navet.

Même constat de désolation devant l'enrobage visuel et auditif de La légende de Brisby. L'animation y est rarement de qualité, d'autant plus visible que le film a la malheureuse idée de débuter par un grand rappel réutilisant des images du film de Don Bluth ! Les personnages, bien trop nombreux, n'arrivent jamais à se révéler charismatiques. Beaucoup sont inutiles et ne sont là que pour allonger inutilement le film qui dure pourtant une toute petite heure, hors génériques. Seuls les décors sortent leur épingle du jeu en étant plutôt raccords avec l'esprit de ceux proposés dans Brisby et le secret de NIMH. Mais c'est bien le seul et unique intérêt de ce long métrage décidément bien maladif. Car on les oublie vite face à la dure réalité d'un scénario douteux, d'une animation et de personnages ennuyeux et surtout de l'affligeante bande originale qui accompagne le tout. En un mot comme en cent, les chansons y sont toutes ignobles. Mention spéciale à la version française qui fait intervenir deux comédiens sur Timmy, chantant en alternance, et où aucun des deux ne parvient à réussir à garder le même timbre vocal d'un couplet à l'autre... Pire, La légende de Brisby pille sans vergogne dans la bande originale composée par Jerry Goldsmith pour le premier film, allant jusqu'à sacrifier les belles compositions en y accolant d'effrayants textes chantés par dessus !

En résumé, La légende de Brisby pique les yeux et les oreilles. Il aurait peut-être pu être potable s'il était un petit film indépendant totalement autonome. Mais il n'a pas cette chance. Vouloir être la suite d'un monument du cinéma d'animation sans jamais chercher une seule fois à s'en donner les moyens ne suffit pas, l'expérience La légende de Brisby ressort donc comme une pure trahison mercantile conçue pour attirer l'acheteur sur le seul aura de son illustre aîné. En cela, MGM rejoint ici les mêmes travers que Disney durant sa pire période traumatisante où le studio concevait à tour de bras des suites réalisés au rabais. Bref, à moins d'avoir moins de six ans, mieux vaut donc s'abstenir de regarder ce film.

08 avril 2016 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (1998)

Timothé / Timmy : Annabelle Roux 1 (Dialogues et chant)

Timothé / Timmy : Patrice Schreider 1 (Dialogues et chant)

Jenny McBride : Chantal Macé 1 (Dialogues)

Jenny McBride : Naïké Fauveau 1 (Chant)

Jérémy : Jacques Balutin 1

Martin : Jackie Berger 1

Martin le diabolique : Tanguy Goasdoué 1 (Dialogues)

Martin le diabolique : Pierre-François Pistorio 1 (Chant)

Floyd : Yvann Pichon 1

Dr. Valentine : Jean-Bernard Guillard 1

Narrateur : Roland Timsit 1

Justin : Guy Chapelier 1 (Dialogues)

Justin : Olivier Constantin 1 (Chant)

M. Ages : Marc François 1 (Dialogues)

M. Ages : Daniel Beretta 1 (Chant)

Muriel : Anne Jolivet 1

Troy : Eric Etcheverry 1

Brutus : Olivier Proust 1

Tante Musaraigne : Maria Tamar 1

Cecil : Gérard Hernandez 1

Mme Brisby : Jane Val 1