CardCartor Sakura - La carte scellée : Quelques informations

CardCartor Sakura - La carte scellée est le second et dernier long métrage inspiré du manga créé par Clamp et qui fait suite à la dernière saison de la série télévisée. Il a été commercialisé directement en DVD le 18 novembre 2005, en même temps que la réédition Premium du premier film. Il est lui aussi actuellement inédit au Québec en version francophone.

Résumé

Avec la préparation du festival de Nadeshiko, toute la ville de Tomoeda s'anime et prend des couleurs festives. La classe de Sakura est même sélectionnée pour une représentation théâtrale où notre jeune héroïne interprète le rôle principal de la princesse. Mais il n'est pas facile pour Sakura de répéter son rôle alors que Lionel et sa cousine, Stéphanie, sont de retour en ville... Quand d'étranges disparitions surviennent, Sakura et Lionel doivent pourtant s'allier. En enquêtant, ils ressentent tous deux quelque chose qu'ils ne devraient plus ressentir : l'aura maléfique d'une carte de Clow...

Analyse de l'oeuvre

Le 21 mars 2001, alors que la diffusion n'en était qu'à peine à ses débuts sur M6, Sakura, chasseuse de cartes arrivait à sa conclusion au Japon. Après ses deux premières saisons particulièrement intenses, et un premier long métrage palpitant, la série s'était terminée sur une troisième saison plus intimiste qui refermait une à une l'ensemble de ses sous-intrigues, à l'exception d'une seule : la relation amoureuse entre Shaolan (Lionel) et Sakura. Après avoir durement été éprouvée durant une année, Sakura était enfin arrivée à bout de la transformation des cartes de Clow en cartes de Sakura. Dans Les vrais sentiments de Sakura, 70e et ultime épisode de la série télévisée, Sakura n'avait pourtant pas réussit à exprimer à Shaolan ce qu'elle ressentait pour lui. Alors qu'elle était troublée et seule dans sa chambre, réalisant que Shaolan devait repartir pour la Chine, quelque chose va pourtant se produire. La peur et le désespoir de le perdre vont s'emparer d'elle. A partir de cette émotion intense, elle va créer une nouvelle carte magique dépourvue de nom. Inconsciemment, cette création va résulter de son plus fort sentiment à cet instant précis, celui de l'espérance. L'espérance de retrouver bientôt Shaolan et de lui avouer enfin ses véritables sentiments. Il s'agissait là d'une magnifique conclusion pour notre chasseuse de carte préférée. Pourtant, succès aidant, Clamp et Madhouse réservèrent quand même une surprise à leurs fans en décidant de porter une seconde histoire sur le grand écran le 15 juillet 2001 : CardCaptor Sakura - La carte scellée !

Contrairement aux idées reçues, CardCaptor Sakura - La carte scellée est en réalité un épilogue, une aventure annexe et supplémentaire au récit, qui apporte un nouvel éclairage à ce que l'on savait déjà, et non la conclusion du récit. Tous ceux ayant suivi la série télévisée savent, au sortir du dernier épisode, que Shaolan et Sakura s'aiment sincèrement. Ce second long métrage n'est ainsi que l'occasion de revoir une dernière fois l'ensemble des protagonistes dont on a aimé suivre les aventures, dans une histoire plus intime et moins palpitante que ne l'était Sakura, chasseuse de cartes - Le film. C'est à nouveau à Nanase Okawa à qui l'on doit le scénario de cette nouvelle aventure inédite, dans laquelle elle va bousculer les sentiments de Sakura et Shaolan et les mettre en face d'une nouvelle carte de Clow dont on ignorait jusqu'ici l'existence : la carte scellée. Créée autrefois par Clow Read en même temps que toutes les autres, cette carte contrebalançait leur magie positive sur le principe que tout l'univers suit un immuable équilibre cosmique. Découlant de la philosophie du Yin et du Yang, cette 53e carte, celle du néant donc, réunit à elle seule la même puissance magique que les 52 autres réunies. En choisissant de faire revenir une carte de Clow, Nanase Okawa écrit un scénario qui permet de revenir aux fondamentaux de la série, plus précisément aux deux premières saisons où Sakura ne devait pas encore transformer les cartes pour en faire les siennes. Malheureusement pour Sakura, la transformation de la carte du néant doit se solder par la perte du plus précieux sentiment qu'elle ressentira à l'instant même où elle effectuera sa capture. La carte sans nom jouera alors un rôle primordial en sacrifiant, non pas le sentiment de désespoir que ressent Sakura à cet instant précis, ni celui du sacrifice de Shaolan, mais au contraire celui qu'elle avait ressenti quatre mois plus tôt, celui de l'espérance.

Cependant, pour parvenir au terme de cette intrigue, CardCaptor Sakura - La carte scellée doit mettre de côté tout ce qui faisait la force de Sakura, chasseuse de cartes - Le film. A savoir son côté universel et son côté palpitant. Contrairement au premier film, qui était une aventure pouvant se servir à elle-même, ce second long métrage est totalement lié à l'intrigue de la série télévisée. Celui qui n'aurait pas suivi l'ensemble des épisodes, plus particulièrement la fin de la saison 2 et l'intégralité de la saison 3, alors celui-ci sera complètement perdu par une intrigue des plus complexes qui réunit à l'écran tous les nouveaux protagonistes qui ne figuraient pas dans le premier film : Yué, la forme terrestre de Keroberos, Eriol (Anthony) la réincarnation de Clow Read, Kathia Moreau (Kaho Mizuki), Ruby (Samantha) et Gothiné (Gothar). De la même manière, là où le premier film était une véritable aventure cinématographique, où l'action y était foisonnante et démesurée, ce second long métrage préfère se recentrer exclusivement sur la relation entre Shaolan et Sakura, où l'ensemble des protagonistes se sont même en réalité liés pour les forcer à se déclarer l'un à l'autre. De fait, les deux premiers tiers de CardCaptor Sakura - La carte scellée ressemble à un nouvel épisode rallongé, rappelant fortement le principe d'un téléfilm et non d'un film de cinéma, qui recycle par ailleurs nombre des idées plusieurs fois développées dans la série. C'est particulièrement le cas de la représentation théâtrale qui avait déjà été abordée à trois reprises dans la série. Ce n'est réellement que dans la dernière partie du film que le spectateur peu attendri par les personnages va soudain trouver l'histoire plus captivante, car c'est à ce moment précis que le film passe soudain à la vitesse supérieure dans une confrontation finale qui dure près de quinze minutes.

Sans aller jusqu'à dire que CardCaptor Sakura - La carte scellée déçoit, on ne peut nier que ce second long métrage nage cruellement dans l'entre-deux. Il n'arrive ainsi pas vraiment à se décider s'il doit être une histoire intime entre Sakura et Shaolan, ou bien au contraire un grand rappel destiné à réunir une dernière fois tous les protagonistes à l'écran. On ressent d'autant cet entre-deux sur l'aspect technique du long métrage qui ne réunit cette fois pas la même équipe que celle de la série et du premier film, à l'exception de Morio Asaka toujours au poste de réalisateur. On ressent donc régulièrement des divergences dans l'attitude et l'animation des personnages tout au long du film. Beaucoup plus dans la première partie du récit que dans la seconde, car on est cette fois ici en terrain connu. L'avantage de Sakura, chasseuse de cartes - Le film, c'était d'avoir rapidement délocalisée la suite de son aventure en Chine. Dans ce second film au contraire, on reste cantonné dans la ville de Tomoeda. Or, ses rues, son école, ses quartiers et ses moindres recoins ont été très largement montrés durant les 70 épisodes de la série. La moindre petite variation d'élément de décors dérangerait fortement n'importe quel fan le plus averti de cet univers qu'il connaît jusqu'au bout des doigts. Problème, CardCaptor Sakura - La carte scellée commet justement plusieurs bévues, dont certaines sont assez flagrantes. Alors que l'animation y est généralement de meilleure qualité que dans le premier, ce film multiplie pourtant aussi régulièrement des plans d'ensemble totalement fixes. On ressent aussi fortement cette absence de l'implication de l'équipe originale dans la bande originale, qui cette fois s'émancipe totalement du matériau d'origine et ne s'inscrit pas dans la même logique malgré les quelques beaux morceaux musicaux.

Concernant la version française, IDP Vidéo s'est à nouveau fortement impliquée dans la négociation des droits vidéos francophones. Très longuement attendu en France, souvent distribué sous le manteau dans des formats vidéos relativement exécrables (l'ADSL n'en était qu'à ces balbutiements), CardCaptor Sakura - La carte scellée aura ainsi attendu près de cinq ans pour enfin débarquer légalement sur notre territoire. C'était le 18 novembre 2005, le film apportant la touche finale à la longue, mais magnifique, édition Premium conçue pour la série télévisée. Mais contrairement au premier film, qui avait réunit l'ensemble du casting original, on ne retrouve pas vraiment dans CardCaptor Sakura - La carte scellée le même enthousiasme des comédiens francophones, Patricia Legrand (Sakura), Susan Sindberg (Lionel) et Dolly Vanden (Kéro) exceptés. Il faut dire que cinq années ont déjà passées depuis la fin du doublage de la série et deux depuis celui du premier long métrage. Entre temps, nombre d'entre eux sont passés à autre chose. Du coup, certains comédiens ont beaucoup de mal à retrouver leur folie originale comme Christine Paris (Stéphanie) et Léa Gabrielle (Tiffany), tandis que d'autre ont un peu de mal à re-rentrer dans leurs anciens rôles, à l'image de Yann Pinchon (Thomas) et surtout Patrick Pellegrin (Clow Read) beaucoup moins solennel et plus exubérant qu'autrefois. Plus dérangeant, l'absence de Hélène Bizot (autrefois Suzanne et Sonia) et de Nathalie Bleynie (autrefois Kathia et Nadine) conduit à des aberrations vocales sur les personnages secondaires, notamment avec Brigitte Aubry qui reprend ici Kathia et Nadine, tout en délaissant Sandrine qu'elle jouait auparavant au profit d'Olivia Dutron ! Idem pour Sonia qui est ici reprise par Christine Paris... Ces bizarreries créent donc une confusion audio des plus désagréables, qui gâche quelque peu l'ambition éditoriale proposée par IDP Vidéo. Mais c'est un mal pour un bien, puisqu'on a malgré tout eu droit à une très belle édition vidéo, qui fournit la version originale ainsi que l'excellent court métrage mettant en scène Kéro et Gothiné !

En voulant être plus intime que pour la première aventure cinématographique de Sakura, CardCaptor Sakura - La carte scellée se révèle beaucoup moins épique qu'on ne l'espérait. Mais en abandonnant complètement la frénésie et la démesure de son aîné, ce second long métrage réussit à faire naître chez les spectateurs des sentiments très différents et parvient finalement à offrir un épilogue des plus agréables à tous les protagonistes de l'univers imaginé par Clamp. C'est également aussi pour les fans une façon de tourner définitivement la page, en offrant à l'écran ce que tous attendait : la déclaration d'amour finale entre les deux jeunes tourteaux. Avec cet épilogue, on retiendra en fin de compte que Clamp nous aura apporté avec Sakura, chasseuse de cartes une bonne et belle morale : il ne faut jamais cacher ses sentiments, même si c'est blessant envers les autres, sous peine de gâcher sa chance définitivement. Merci Sakura !

12 février 2016 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (2005)

Sakura Gauthier : Patricia Legrand 1

Thomas Gauthier : Yann Pichon 1

Dominique Gauthier : Philippe Roullier 1

Lionel Li : Susan Sindberg 1

Stéphanie Li : Christine Paris 1

Tiffany : Léa Gabriele 1

Mathieu : Constantin Pappas 1

Yué : Constantin Pappas 1

Kéro : Dolly Vanden 1

Keroberos : Philippe Roullier 1

Clow Read : Patrick Pellegrin 1

Kathia Moreau : Brigitte Aubry 1

Nadine : Brigitte Aubry 1

Sonia : Christine Paris 1

Suzanne : Christine Paris 1

Sandrine : Olivia Dutron 1

M. Terada : Yann Pichon 1

Carte du néant : Olivia Dutron 1