Le château ambulant : Quelques informations

Le château ambulant est sorti en salle le 15 janvier 2005 en France. Ce fut le premier film des studios Ghibli qui partagea les fans, certains l'appréciant beaucoup tandis que d'autres le trouvèrent moins subtil que les précédents films.

Résumé

Sophie, une jeune fille de 18 ans, fait la connaissance du magicien Hauru, jeune homme séduisant et mystérieux. Se méprenant sur leur relation, une sorcière jalouse jette un épouvantable sort à Sophie et la transforme en vieille femme de 90 ans... Quel destin attend alors Sophie ?

Analyse de l'oeuvre

Quand Le château ambulant est sorti en salle, les fans du studios Ghibli ont pour la première fois réellement été scindé en deux clans. Nombreuses ont été les personnes à désapprouver ce long métrage d'animation qui semblait si éloigné de ce que le studio nous habituait jusqu'ici. La principale faute est ainsi attribuée à cette histoire d'amour entre Sophie et Hauru qui semble si inappropriée parmi ces codes préétablis par le studio Ghibli. Jusqu'à présent en effet, nous avions pour habitude de ne voir se concrétiser aucune réelle relation entre les protagonistes des précédents films. Simple et durable amitié, ou véritable amour lancinant, jamais relation amoureuse n'avait été vraiment concrétisée à l'écran. Le château ambulant semble ainsi briser ce tabou en offrant à l'écran une véritable et sincère histoire d'amour. Sauf que, et vous me connaissez sans nul doute depuis tout ce temps, je ne partage absolument pas ce point de vue.

Pourquoi ? Parce que je ne crois pas le moins du monde à cette relation qui toutes les apparences idylliques, mais qui n'en a aucune. Jamais aucun couple porté par le studio Ghibli n'avait été aussi mal assorti, et surtout, jamais aucun couple n'avait eut aussi peu de chance d'avoir un avenir. Entre une Sophie qui se complaît dans le sortilège qui l'afflige, et un Hauru qui n'a aucune intention de s'engager, toute la portée narrative de Le château ambulant prend une tout autre ampleur lorsqu'on a prit conscience de cette non-relation ! Et je pense que les plus réfractaires sont simplement passés à côté de cet infime mystère qui rend Le château ambulant si magique et si tragique à la fois. Sans nul doute une perle du studio Ghibli qui a parfaitement sa place parmi leurs autres réalisations.

Quand bien même vous n'auriez pas perçu cette double lecture de l'oeuvre, je dois avouer que je ne comprends pas pourquoi le film est si profondément désavoué par le plus grand nombre. Même en mettant de côté cette relation amoureuse, le récit est tout simplement passionnant. Pas un seul instant, pas un seul moment n'est inutile à l'intrigue. Certes, beaucoup de mystères restent sans aucune réponse, mais est-ce si désagréable ? Au contraire, plutôt que de nous apporter une réponse alambiquée, on nous laisse le choix de l'interprétation. Que dire également de l'ambiance médiévale fantastique du récit qui remémore les plus grands récit du studio Ghibli, à commencer par Le château dans le ciel par exemple. Rien que d'admirer chaque recoin de cet univers magnifique emplit forcément le regard de décors grandioses pétillants de milles couleurs. Ce qui ne peut d'ailleurs affliger personne de voir une telle merveille visuelle alors qu'un grand studio américain diabolisait au même moment son département animation 2D, au point de se saborder lui-même en faisant volontairement échouer la campagne publicitaire de La ferme se rebelle, au point d'installer durablement dans l'esprit des spectateurs que la 2D était définitivement condamnée... Le studio Ghibli aura prouvé haut la main le contraire !

Tout n'est pourtant pas si parfait dans le monde de Le château ambulant. Violence, guerre, conflit intérieur sont l'autre revers de la médaille qui ne cesse de se retourner constamment. Cette dualité est commune aux différents protagonistes de l'histoire, à commencer par Sophie elle-même piégée de sa malédiction par sa seule et unique volonté. Elle passe ainsi son temps à rajeunir et vieillir au rythme de l'histoire. Plusieurs fois elle nous laisse croire qu'elle a enfin trouvé une issue à sa situation de vieille dame âgée, mais elle renonce systématiquement lorsque la vérité est trop évidente ou trop lourde à accepter. Sa jeunesse apparente s'évapore en un seul instant, semblant à la même occasion aspirer les mauvais côtés de Hauru qui s'ouvre dès lors aux autres. Sophie et Hauru s'influence constamment mutuellement, sans jamais pourtant parvenir à s'équilibrer. Lorsque l'un s'émancipe, c'est l'autre qui s'étiole. Jusqu'au moment où, involontairement, Sophie brisera le coeur de Hauru. C'est pour cette raison que je suis incapable de croire que leur histoire d'amour pourra perdurer au delà du film et explique aussi parfaitement le sens des paroles de la chanson finale du film.

Grand film d'animation devenu mon second coup de coeur du studio Ghibli après Le château dans le ciel, Le château ambulant est donc une oeuvre grandiose et bouleversante, enrobée d'une histoire plaisante nous emmenant dans un univers aussi magnifique que terrible à la fois. Couplé de plus par une bande originale inoubliable, et un doublage français de haute qualité, Le château ambulant est une oeuvre que je recommande chaleureusement à qui voudra le découvrir.

10 mai 2013 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (2005)

Sophie (18 ans) : Laura Préjean 1

Sophie (90 ans) : Frédérique Cantrel 1

Hauru : Rémi Bichet 1

Marco : Simon Koukissa 1

Calcifer : Thierry Leroux 1

La sorcière des Landes : Catherine Sola 1

Suliman : Manoëlle Gaillard 1

La mère de Sophie : Anneliese Fromont 1

Lettie : Céline Mauge 1