Le petit dinosaure 4 - Voyage au pays des brumes

Petit-Pied, le dinosaure IV - La plus grande aventure

Quelques informations

Il s'agit de la troisième et dernière suite qui fut annoncée simultanément avec les deux précédentes par Universal en 1993. Elle est parue directement en vidéo le 10 décembre 1996 au Québec sous le titre de Petit-Pied, le dinosaure IV - La plus grande aventure, puis le 6 mars 1997 en France sous le titre Le petit dinosaure 4 - Voyage au pays des brumes. Dans les deux cas, le film est proposé avec le même doublage français. Au vu du succès des VHS, d'autres films ont continué à être produit ensuite, au rythme d'un nouvel épisode par an jusqu'en 2007.

Résumé

Le grand père de Petit-Pied tombe soudain malade. Ne sachant que faire, il apprend grace à la doyenne des long-cous qu'une fleur spéciale pourrait lui sauver la vie. Mais elle ne pousse que dans un endroit reculé, la vallée des brumes. Aidé par sa nouvelle amie Ally, Petit-Pied entreprend un voyage dans ce lieu dangereux, gouverné par d'étranges monstres...

Analyse de l'oeuvre

Les chiffres s'incrémentent, inexorablement. Systématiquement, c'est le même constat : c'est toujours la même chose... Voyage au pays des brumes poursuit sa mission d'évangéliser les jeunes enfants, comme Universal le faisait déjà dans les deux précédents films. Cette fois-ci, le scénario de ce quatrième film nous apprend qu'il est bénéfique d'accepter les autres malgré leurs différences et, à nouveau, que l'union fait la force. Jusqu'ici rien de bien extravagant comme approche. Sauf que, c'est bien sûr sans compter sur un élément du film qui démontre précisément le contraire et déboulonne la moralité de l'intrigue, ramenant le concept à une vrai moralité divine : seuls les « gentils » peuvent prétendre au salut, les « méchants » seront toujours condamnés au châtiment. Bref, au devant de ce nouvel opus de la saga de Petit-Pied et ses amis, mon « âme » s'ennuie ferme, à tel point qu'il devient difficile de trouver de nouveaux arguments à avancer, si ce n'est toujours les mêmes qu'auparavant. Vous m'excuserez donc d'écrire une analyse plus courte que d'ordinaire. Dire qu'il y en a encore dix autres comme celui-là à vous présenter...

Voyage au pays des brumes n'évolue pas d'un iota sur son aspect technique. Universal est désormais rodé à l'exercice, proposant donc un rendu identique aux deux précédents films de la saga. C'est donc toujours aussi peu agréable à regarder, les couleurs sont toujours autant délavés et, globalement, l'ensemble est souvent très flou, même sur l'édition DVD. Concernant la bande originale, le long métrage propose des petits airs agréables à l'oreille mais vraiment très dispensables. La seule chose qui ressort de cette bande originale provient de la version française où l'on a le plaisir d'entendre Maïk Darah chanter. C'est en effet plutôt rare de l'entendre le faire dans des films d'animation. C'est hélas la seule chose que l'on retiendra du film, dont la qualité narrative est passable même si le doublage français reste globalement soigné, alors que plusieurs changements vocaux ont lieu.

L'autre gros travers de Voyage au pays des brumes est d'être le premier film de la saga vidéo à désacraliser la Grande Vallée. Dans le film réalisé par Don Bluth en 1988, la Grande Vallée était le dernier lieu de vie des dinosaures à la suite de grands bouleversements climatiques et environnementaux. A compter de ce film, celle-ci va perdre progressivement son statut de dernier lieu d'accueil pour les animaux, comme si le cataclysme du premier film n'avait finalement jamais eu lieu. De nombreux nouveaux personnages vont ainsi aller et venir, selon les besoins de chacun des films de la saga, agrandissant d'autant plus les zones vivables aux alentours. A tel point qu'un film ultérieur ira même jusqu'à anéantir, purement et simplement, la Grande Vallée. Ô rage, ô désespoir ! Universal détruit donc film après film, toute la portée émotionnelle de chacun des lieux uniques traversés par Petit-Pied dans Le petit dinosaure et la vallée des merveilles.

Au bout de trois films conçus spécialement pour la vidéo, la saga tourne déjà complètement en rond. Mêmes personnages, même contexte, même moralité douteuse, Voyage au pays des brumes est figé dans les limbes et n'a pas l'ambition de renouveler une formule qui sent fortement le brûlé. Problème, n'espérez pas le changement avec le volet suivant, puisqu'il fera lui aussi la même chose... à un autre endroit. La suite au prochain épisode...

29 avril 2016 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (1996)

Petit Pied : Donald Reignoux 1

Becky : Charlyne Pestel 1

Cera : Jennifer Oliver 1

Pétrie : Roger Carel 1

Ally : Adeline Chetail 1

Icky : Gérard Rinaldi 1

Dil : Sophie Vaud 1

Archie : Bertrand Beautheac 1

Grand-Mère : Maïk Darah 1

Grand-Père : Jacques Lalande 1

Doyenne des Longs-Cous : Danièle Hazan 1

Narrateur : Saïd Amadis 1

Sources : 1Carton TV