102 dalmatiens : Quelques informations

102 dalmatiens est sorti en salle le 22 novembre 2000 au Québec et le 31 janvier 2001 en France. Il bénéficie d'un doublage québécois, on notera d'ailleurs au passage que le film s'intitule Les 102 dalmatiens.

Le saviez-vous ? Les animaux s'émerveillent en regardant à la télévision La belle et le clochard.

Résumé

La thérapie de contrôle du comportement du Dr Pavlov est tout simplement révolutionnaire. Selon lui, même les loups peuvent se transformer en agneaux. Et pour convaincre le monde entier, quoi de mieux qu'un défi impossible, le plus dangereux de tous les prédateurs, une patiente jugée incurable : Cruella D'Enfer...

Analyse de l'oeuvre

Bien que l'on était en droit de ne pas y croire une seule seconde, transposer un film d'animation dans un univers réel fut une réalité, et 101 dalmatiens connu un bon succès d'estime au cinéma. Il n'en aura donc pas fallu plus pour décider Disney à remettre le couvert dans une séquelle cette fois entièrement libre de toute adaptation : 102 dalmatiens. Or, en lui retirant l'aspect parodique du premier film et toute référence à Les 101 dalmatiens, le résultat est cette fois bien moins agréable à suivre.

Alors qu'il a eu l'honneur d'être projeté en salle, 102 dalmatiens n'a ni la même ambition ni la même prestance que son prédécesseur. Il se rapproche en effet bien plus d'un téléfilm qui a cependant bénéficié d'un budget confortable. A la seule et unique exception de Cruella d'Enfer et de son majordome, aucun comédien du premier film ne rempile dans cette séquelle. Et les nouveaux venus ont bien du mal à être crédibles dans leurs rôles relativement limités. Pourtant, 102 dalmatiens avait un assez gros potentiel, n'hésitant d'ailleurs pas à inviter Gérard Depardieu dans le rôle d'un couturier excentrique. Il n'arrive malheureusement jamais à donner la moindre conviction dans son personnage, qu'on finit par l'oublier purement et simplement après la projection du film.

En vérité, 102 dalmatiens partage avec 101 dalmatiens les seuls et mêmes uniques avantages. Ainsi, il offre une nouvelle fois une excellente prestation à Glenn Close. Cruella d'Enfer est en effet méconnaissable au début du film. Suite à un traitement médical expérimental, elle est enfin guérie à tout jamais de sa passion morbide pour les fourrures. Jouant dès lors dans le registre inhabituel de protectrice des animaux, Cruella d'Enfer en devient irrésistible et franchement burlesque. Surtout que l'on s'attend à tout moment à ce que son lavage de cerveau disparaisse. Et quand cela se produit enfin, on lâche enfin dans l'arène la vrai folle furieuse que l'on adore détester. Particulièrement lorsque Cruella d'Enfer retrouve progressivement tous ses esprits, dans la mémorable séquence psychotique où elle se met à voir la ville de Londres entièrement tachetée. Assurément, c'est une vrai réussite dans le film.

L'autre point fort de 102 dalmatiens est cette fois également l'exceptionnelle prouesse des animaux. Auxquels s'ajoutent un perroquet qui se prend pour un bouledogue et une petite dalmatienne dépourvue de tâches. Le film se démarque donc volontairement de son aîné et le choix se révèle finalement être une bonne idée. D'une part, l'ajout du perroquet (qui est doté de parole) permet de gros moments burlesques et de nombreux quiproquos, et d'autre part le chien dépourvu de tâche permet aux spectateurs de facilement s'identifier et surtout de le repérer parmi la masse des dalmatiens présent dans le film. Ces animaux sont cette fois encore admirablement dressés, et se permettent des actions inédites très réalistes. On reprochera par contre une utilisation cette fois beaucoup trop prononcée d'images de synthèse qui sont facilement repérables et décrédibilisent certaines scènes du film de nos jours.

En dehors de ces deux aspects, 102 dalmatiens reste donc ennuyeux et limité. Son scénario est d'une simplicité alarmante, et on ne s'attache à aucun comédien qui tentent pourtant de se démener du mieux qu'ils le peuvent. A moins d'être un fervent admirateur de 101 dalmatiens, 102 dalmatiens s'adresse donc résolument à un très jeune public. Vous pouvez donc sans aucun remords passer votre chemin.

Edition française

Consulter sa fiche

28 octobre 2011 par Olikos