Les vacances des Tiny Toons : Quelques informations

Les vacances des Tiny Toons est le premier long métrage d'animation américain sorti directement et exclusivement en VHS et LaserDisc le 11 mars 1991. Il parait vraissemblablement à la même date au Québec. En France, il est d'abord diffusé sur la chaîne crypté Canal+ le 1er septembre 1993 avant d'être commercialisé. Il n'a plus jamais été réédité depuis lors. Le doublage français est donc aujourd'hui considéré comme perdu.

L'incroyable succès VHS du film est vraissemblablement à l'origine de la décision de Michael Eisner de lancer des suites officielles en vidéo aux films Disney, en commençant par la commercialisation de Le retour de Jafar, originellement conçu seulement comme les premiers épisodes de la série télévisée Aladdin. Une décision aussi historique que désastreuse pour le groupe qui vivra ensuite très mal le passage vers le nouveau millénaire.

Résumé

A la veille des vacances d'été, Buster Bunny et Plucky Duck veulent prendre le large. Ils décident de partir avec Bab's Bunny mais les tribulations qui les attendent ne sont pas de tout repos. Trouver le dépaysement et le calme à la fois se révèle plus compliqué que prévu. L'envie de s'amuser prend le dessus mais il leur faut se sortir de situations parfois périlleuses. Les vacances confirment alors que les voyages forment la jeunesse...

Analyse de l'oeuvre

On est p'tits et gentils, et un peu barjots aussi... Et l'heure enfin est arrivée d'envahir vos télés ! Pour tout enfant né avant l'année 1990, la célèbre chanson d'introduction des Tiny Toons désormais culte pour toute une génération, doit inévitablement résonner dans sa tête tout en lui remémorant une série d'animation complètement loufoque qu'il a particulièrement appréciée. Une chose est certaine, les Tiny Toons ont réellement marqué leur époque. Le concept, de présenter une nouvelle génération de Looney Tunes allant à l'université Acme pour apprendre à être aussi drôle que leurs aînés, germe dans l'esprit de Tom Ruegger en 1989 lorsque Warner Bros Animation lui demande de développer une nouvelle série d'animation pour la télévision, probablement en réponse à la gamme Disney Babies créée par leur concurrent en 1985. Fort du succès de Qui veut la peau de Roger Rabbit qui avait ramené avec succès à l'écran leurs célèbres personnages, Warner Bros Animation s'associe donc avec Steven Spielberg pour concevoir ce qui allait devenir Les aventures des Tiny Toons. La série arrive ainsi à l'écran le 14 septembre 1990 aux Etats-Unis (le 26 janvier 1991 en France) et rencontre immédiatement un succès considérable. Dès lors, la mise en chantier d'un long métrage est immédiatement confirmé.

Dès 1991, Tom Ruegger co-écrit le scénario de Les vacances des Tiny Toons avec Paul Dini, Nicholas Hollander et Sherri Stoner. Warner Bros Animation planifie une sortie en salle, tout juste après la diffusion des deux premières saisons de la série. Steven Spielberg va pourtant s'opposer à cette idée, estimant que ce film est tellement drôle qu'il serait largement plus efficace de le sortir directement en vidéo afin de permettre aux spectateurs de pouvoir le revoir en boucle. Le film sort le 11 mars 1992 directement en VHS et LaserDisc, devenant alors le premier long métrage d'animation à sortir directement en vidéo, moins d'un mois après la diffusion du 78e épisode qui marquait une longue pause avant la reprise de la série pour une ultime saison en septembre 1992. Les vacances des Tiny Toons connaît un succès commercial sans précédent aux États-Unis, restant dans le podium de tête des ventes vidéos durant 16 semaines consécutives ! En France, le succès du film est loin d'être aussi similaire, car Warner préfère plutôt le diffuser en exclusivité à la télévision le 1er septembre 1993 sur la chaine cryptée Canal+, une fenêtre de visualisation plutôt restrictive compte tenu de la popularité des Tiny Toons dans l'hexagone. Pire, s'il sort bien en VHS et LaserDisc, Les vacances des Tiny Toons ne sera ensuite plus jamais réédité, disparaissant de fait de la mémoire collective. Mais aujourd'hui, le mal est réparé, car je peux vous dire qu'il est regrettable de passer à côté de ce film franchement succulent ! Car il fait incontestablement honneur aux Tiny Toons.

Le succès de la série télévisée reposait sur un habile mélange entre plusieurs scénarios entrecroisés, une satire de son époque, de succulentes parodies et d'innombrables clins d'oeils à la culture cinématographique. Grâce à cet équilibre idéal, les Tiny Toones ont dépassés leur statut de stars enfantines en ralliant autour d'eux également les parents. Avec ingéniosité, on retrouve exactement la même recette dans Les vacances des Tiny Toons qui allonge en réalité le concept appliqué à l'origine au format 22 minutes. On pourrait craindre que ce traitement défavorise les Tiny Toons. En réalité, c'est tout le contraire, cela permet d'offrir la vedette à la quasi-totalité des personnages populaires (les autres faisant des caméos) dans des intrigues qui leur sont propres. Ainsi Buster et Babs passeront le plus clair de leur temps à se chamailler durant leur croisière improvisée sur une rivière, Fifi aura une nouvelle obsession pour une star du rock, Shirley va vivre une curieuse histoire d'amour, Elmyra fera vivre un enfer à tous les animaux qu'elle croisera, tandis que Hamton et Plucky feront une invraisemblable virée à travers tous les États-Unis ! Chacun va ainsi vivre son histoire de son côté, se croisant rarement entre eux, ce qui permet de remplir dignement le format long métrage.

Plus de 26 ans après sa sortie, Les vacances des Tiny Toons reste encore très efficace. La seule chose qu'il a perdu en deux décennies est la pertinence de son côté parodique. De nombreux invités à l'écran (par exemple Roseanne Barr, Woody Allen, Tina Turner ou Sylvester Stallone) sont aujourd'hui d'illustres oubliés pour le public moderne. Même chose en ce qui concerne les clins d'oeils aux longs métrages, hormis La petite sirène (qui en prend pour son grade) et à la rigueur E.T. L'extra-terrestre ou encore Mélodie du Sud pour ceux qui le connaissent, qui saurait reconnaître encore les références à Délivrance, à Psychose ou bien encore à Massacre à la tronçonneuse ? A moins d'avoir une grande culture cinématographique, bien entendu. Malgré tout, le scénario du film reste encore très drôle, sans même chercher à tout comprendre, en partie grâce à l'excellente qualité du doublage français reprenant l'intégralité des comédiens habituels de la série télévisée. Bref, on passe un agréable moment en compagnie des Tiny Toons, que l'on comprenne ou non toutes les subtilités de l'intrigue !

Au final, Les vacances des Tiny Toons n'a pas la qualité attendue d'un long métrage d'animation cinématographique. Heureusement pour nous, il n'a jamais eu cette prétention ! Il reste donc parfaitement digne de sa sortie exclusivement vidéo, offrant une qualité vidéo légèrement meilleure que celle de la série télévisée. Le film est accompagné d'une bande originale excellente, elle-même complétée par le succulent thème des Tiny Toons repris à plusieurs occasions. On s'amuse, on rit et on passe un merveilleux moment devant Les vacances des Tiny Toons ! Chantez donc avec moi : « On espère qu'les trois coups vont sonner... A trois heures à nous la liberté ! Alors là adieu Looniversité... les vacances enfin s'ront arrivées ! On oublie les profs et les bouquins... on s'revoit en septembre les copains ! Libre tout l'été, quel bonheur... Grouille-toi vieille horloge, sonne trois heures !»

22 avril 2016 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (1993)

Buster Bunny : Luq Hamet 1

Barbara Anne « Babs » Bunny : Barbara Tissier 1

Plucky Duck : Luq Hamet 1

Hamton : Patrick Guillemin 1

Elmer : Patrick Guillemin 1

Elmyra : Véronique Alycia 1

Le père de Hamton : Patrick Guillemin 1

La mère d'Hamton : Martine Meirhaeghe 1

Fifi la mouffette : Sybille Tureau 1

Shirley : Joëlle Guigui 1

Gogo le Dodo : Mario Santini 1

Capitaine Crapaudléon : Mario Santini 1

Dizzy Devil : Michel Modo 1

Fowlmouth : Vincent Violette 1

Banjo l'opossum : Vincent Violette 1

David Letterman : Vincent Violette 1

Petit Minet : Roland Timsit 1

Big Boo : Véronique Augereau 1

Sissy Boo : Régine Teyssot 1

Arsenio Hall : Serge Faliu 1

Johnny Pew : Renaud Marx 1

L'homme masqué : Gilbert Lévy 1

Superman : Patrick Guillemin 1