Rapunzel

Raiponce, une belle jeune fille aux longs cheveux, vit depuis son plus jeune age dans une tour isolée, avec une perfide sorcière qui la kidnappéee à sa naissance. Mais un jour, elle croise la route d'un jeune Prince qui va tenter de la délivrer.

Analyse de l'oeuvre

Quand on veut profiter de la situation et s'en mettre plein les poches par rapport à un long métrage faisant au même moment la Une de l'actualité, les plus profiteurs des éditeurs mettent généralement en place un astucieux pastiche qui grugera en un rien de temps un jeune enfant et ses parents mal informés. Bien évidemment, l'astuce est souvent un peu grosse : entre une jaquette nébuleuse et un prix de vente souvent dérisoire, il est souvent prudent de se méfier. Pourtant, nombreux sont ceux qui se laissent encore aujourd'hui prendre au piège de ce type de produits de seconde zone qui n'a absolument, mais vraiment absolument, rien à voir avec un long métrage produit par un grand studio d'animation à la renommé internationale. Et dans le pire des cas, on cautionne malgré nous un honteux éditeur anonyme qui n'hésite pas à franchir la frontière de l'illégalité.

Je vous l'annonce donc sans détour, ce Rapunzel n'est rien d'autre qu'un odieux DVD pirate ! Une effroyable arnaque pour le consommateur. Qui se cache derrière ce soit disant éditeur Harley Junior ? A vrai dire, je n'en ai aucune idée, n'ayant trouvé aucun indice permettant d'identifier cet éditeur sans scrupule. Il a trop bien dissimulé les traces, se contentant en effet de revendre, sous un nouvel habillage, ni plus ni moins qu'une copie à l'identique d'un des DVD de la collection Simsala Grimm, la série d'animation allemande. Si j'admets l'existence des pastiches, renfermant d'ailleurs parfois de bonnes surprises, je ne cautionne pas le moins du monde ce procédé franchement infâme. Si Aventi Distribution vient à lire ces lignes, qu'il sache que je suis prêt à lui expédier ce DVD pirate afin qu'il puisse faire cesser cette arnaque.

Mon coup de gueule légitime passé, évoquons à présent le cas de la série Simsala Grimm et plus particulièrement à l'épisode Raiponce qui a été sournoisement utilisé par Harley Junior au moment de la sortie de la version Disney pour mettre en place son arnaque. A la base, Simsala Grimm, les aventures de Yoyo et Doc Croc est une série télévisée allemande destinée au très jeune public qui revisite majoritairement la plupart des contes des frères Grimm (mais pas que) tout en les rendant plus accessibles aux touts petits. Le principe n'est donc pas de transcrire purement et simplement les contes, mais simplement de les adapter en se basant sur les récits originaux. Yoyo et Doc Croc s'invitent ainsi dans la plupart des récits, et poussent gentiment les personnages des contes à poursuivre leurs aventures comme il l'aurait fait dans la version papier.

La version de Raiponce de la série ici présentée n'est donc pas vraiment plus proche du conte originel que ne l'est la version Disney. Reconnaissons que Simsala Grimm fait un choix étonnant en piochant dans les passages noirs du récit pour construire sa version de l'histoire.  Yoyo et Doc Croc arrivent en effet quasiment au milieu du récit, alors que le Prince connaît l'existence de Raiponce et vient de découvrir comment la sorcière parvient à monter en haut de la tour. L'épisode suit ensuite la même trame que le conte, jusqu'au moment où la sorcière fait tomber le Prince de la tour où celui-ci perd la vue. Rapunzel transgresse ensuite le récit en oubliant le passage dans le désert, choisissant de mettre à la place une quête pour retrouver les parents de Raiponce capturés autrefois par la sorcière et métamorphosés en statues. L'épisode s'achève enfin dans une fin heureuse de circonstance, et du traditionnel « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants ».

Une question que vous devez sans doute vous poser à la lecture de cette analyse doit sûrement être : pourquoi avoir fait une fiche consacrée à l'analyse d'un DVD pirate sur le site ? J'ai en effet choisi volontairement de glisser cet article dans ce mois « Spécial pastiche », car ce genre de DVD frauduleux sont malheureusement monnaie courante. A chaque sortie en salle d'un film d'animation d'un grand studio, beaucoup abusent de la crédulité des consommateurs. Or, si dans la majorité des cas le pastiche est clairement assumé (on se fait un peu d'argent grâce à la notoriété d'un film, mais vous êtes prévenus), on rencontre aussi beaucoup de petits éditeurs sans scrupules qui n'hésitent plus à franchir le cap de l'illégalité. Bref, quoi qu'il arrive, méfiez-vous toujours avant d'acheter.

23 août 2013 par Olikos