Spirit, l'étalon des plaines : Quelques informations

Spirit, l'étalon des plaines est le quatrième et avant dernier long métrage d'animation réalisé en 2D par Dreamworks. Il est sorti en salle le 24 mai 2002 au Québec, puis le 9 octobre 2002 en France. Il ne possède pas de doublage québécois.

Résumé

Rejoignez Spirit, un jeune étalon sauvage, dans une chevauchée mêlant péripéties cocasses et grand spectacle pour sauvegarder sa terre natale et retrouver la liberté. Au long de son chemin, Spirit va se lier d'amitié avec Petit Nuage, un indien courageux.

Analyse de l'oeuvre

Il y a des films comme ça dont on ne connaît rien, dont on ne connaissait même pas l'existence, ou qui ne vous inspirent au mieux que de l'indifférence. Spirit, l'étalon des plaines est de ceux là, ces films qui passent totalement inaperçus et qu'on ne redécouvre que sur le tard lorsqu'on se décide à faire une rétrospective d'un studio. Et encore, c'est vite dit, de mon côté je n'ai apprit son existence qu'au moment de sa diffusion sur Gulli peu de temps avant que je me décide d'élargir la ligne éditoriale du site et que je ne dresse une liste des productions de Dreamworks. Honte à moi, assurément. Car Spirit, l'étalon des plaines ne manque pas de charme, il est juste sorti à la plus mauvaise période de l'animation 2D, car elle avait perdu tout l'intérêt du grand public.

Spirit, l'étalon des plaines est un film résolument audacieux, et détonne énormément parmi ces 4 autres uniques frères animés en 2D. Car ce film s'affirme surtout comme une grande expérience visuelle et auditive, sans réel fil conducteur. Le scénario y est en retrait, au profit d'une succession d'aventures éloignant le personnage principal de plus en plus loin de chez lui. Spirit, l'étalon des plaines est également un film très peu bavard, car Dreamworks fait le choix de ne pas faire parler les animaux, à la seule exception de Spirit lui-même qui nous narre son aventure en voix-off tout au long du film (mention spéciale à Damien Boisseau pour la version française, admirable dans le rôle).

Pour avoir été en contact avec le jeune public pendant presque 7 ans, j'ai découvert que les chevaux avait à 90% les faveurs de la gente féminine. Neuf fois sur dix c'était donc une excellente idée de recommander un ouvrage sur les chevaux pour elles. Je n'ai jamais réussi à comprendre pourquoi, contrairement à l'universel dauphin qui plaît à jeu égal aux deux sexes. Ces demoiselles seront donc largement plus réceptives à Spirit, l'étalon des plaines qui rend un hommage certain aux équidés, parce que Dreamworks a décidé de soigner ces animaux jusqu'à les rendre naturels. Que ce soit leur comportement, leur démarche au pas, le trot ou le galop, les chevaux sont animés de manière bluffante. Le langage corporel est extrêmement travaillé particulièrement au niveau des oreilles « expressives », principalement parce qu'aucun des chevaux ne s'exprime. Le studio s'offre tout de même quelques petites libertés avec leur visage, leurs insufflant volontairement des expressions quasi-humaines.

Spirit, l'étalon des plaines dérangera sans aucun doute la gente masculine par son absence de scénario. Vous pouvez d'ailleurs vérifier sur d'autres sites, ces messieurs n'y vont pas avec le dos de la cuillère à ce sujet. En effet, l'aventure qui se déroule devant nos yeux ne semble être qu'une longue succession de scènes sans réel rapport avec les précédentes. Pourtant, la recette fonctionne, car elle permet de découvrir à travers les yeux d'un étalon la conquête sans concession de l'Ouest américain. On y croise des tranches de vie banales, la soif de domination de l'Européen en quête de gloire ou de richesse, ou encore le mode de vie paisible des amérindiens qui pourtant capturent aussi des chevaux, par des moyens certes moins douloureux. Spirit n'est ainsi que l'unique fil conducteur de l'intrigue, bringuebalé aux grès de la seule volonté de ces « infâmes » humains.

Dreamworks aurait sans doute gagné à sortir Spirit, l'étalon des plaines avant Shrek, malheureusement le rouleau compresseur vert a écrasé toute l'ingéniosité et le défi technique de ce film d'animation. Car il ne manque au final qu'un brin de poésie à Spirit, l'étalon des plaines, qui aurait pu se placer en jeune dauphin derrière les films du studio Ghibli semblables dans leurs habitudes à concevoir des films reposant principalement sur de simples tranches de vies. Et surtout, il pêche aussi par ses chansons un ton en dessous du reste de la partition musicale juste excellente. Pour le reste, Spirit, l'étalon des plaines restera l'un des meilleurs hommages aux chevaux réalisés en animation.

15 novembre 2013 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (2002)

Spirit : Damien Boisseau 1

Colonel : Jean-Louis Faure 1

Petit Nuage : Alexis Victor 1

Sergent : Tony Joudrier 1

Murphy : Marc Alfos 1

Bill : Serge Blumenthal 1

Joe : Laurent Morteau 1

Pete : Pierre Laurent 1

Jake : Pascal Casanova 1

Roy : Jacques Bouanich 1

Sources : 1Doublagissimo