Tous en boite - Série télévisée : Quelques informations

Tous en boite est née en 2001 aux Etats-Unis sous le nom de "House of Mouse" et a finalement survécu quatre années. En France, la série n'a jusqu'ici jamais été diffusée en dehors du bouquet Disney. Elle reste donc aujourd'hui peu connu du grand public qui n'est pas abonné à ces chaines. La série se conclut par deux épisodes spéciaux d'une heure, tous disponibles en DVD.

Tous en boite réunit de nombreux personnages Disney d'où un besoin naturel de réunir de nombreux comédiens français attitrés pour chacun d'entre eux. Bien qu'il y ai quelques ratés dans les voix de certains personnages, Barbara Tissier et Gérard Rinaldi (responsables de la version française) ont tout de même réuni une belle brochette de comédiens talentueux reprenant pour la plupart leur rôles respectifs. On avoisine ainsi presque 50 comédiens différents, ce qui est extrêmement rare sur une série animée ! A noter cependant qu'Emannuel Curtil assure de mon point de vue une trop grande panoplie des personnages secondaires (une trentaine environ, ce qui est considérable), dénaturant parfois certains héros célèbres.

Tous en boite est l'une des rares séries animées de Disney ayant bénéficié dès l'origine de sa conception d'une adaptation pour les écrans haute définition. Au cours d'un épisode, Roy Disney joue son propre rôle en version animé.

Certains courts métrages présentés dans la série ont originellement été annoncés comme faisant partie d'une nouvelle collection de courts métrages intitulés "Mickey Mania" (Mouseworks en VO), plusieurs VHS d'époque les proposent en effet ainsi de façon promotionnelle. Finalement, ces derniers ont été inclus à Tous en boite comme éléments essentiels de la série afin d'assurer un fil conducteur à ces courts métrages.

Il semble que Disney USA ne se soit jamais réellement remis du procés qu'a intenté la veuve de Louis Prima autour du personnage du Rois Louis. En effet, Disney réutilisa le personnage dans la série Super Baloo en imitant le plus possible la physionomie du chanteur et en réutilisant sa voix sans aucun accord préalable, mais ne versa également pas les royalties pour les ventes vidéos de Le livre de la jungle. Aussitôt, le Roi Louis fut banni de la préproduction de Le livre de la jungle 2 (beaucoup le regrette d'ailleurs énormément). Dans Tous en boite, Disney joue la tangente et préfère rebaptiser le personnage en Barry (frère jumeau de Louis) en modifiant légèrement sa personnalité et sa voix. Finalement, entre-temps, un accord à l'amiable a été trouvé avec la famille Prima, mais Disney ne réutilisera plus le personnage par la suite. On peut donc aujourd'hui considérer qu'il s'agit ici de la dernière apparition du personnage dans l'univers Disney.

A l'exception des trois épisodes spéciaux sortie en DVD, il n'y a eu aucune commercialisation de la série. A ma connaissance, n'existe pas non plus de version québécoise de la série. Ceci résultant du fait que tous les personnages emblématiques de Disney ont toujours eu une voix officielle exclusivement française.

Résumé

Mickey est désormais propriétaire d'une boite branchée dans le monde magique de Disney. Autour de lui, il a réuni ses plus fidèles amis pour assurer le bon fonctionnement des soirées. S'agissant avant-tout d'un dîner spectacle, Mickey propose à son public diverses animations et courts métrages et chaque soirée est ponctuée par l'arrivée d'une ou plusieurs célébrités. Si chaque épisode est indépendant l'un de l'autre, un fil rouge est tout de même présent tout au long de la série : Pat hibulaire, devenu désormais propriétaire du batiment dans lequel est logé Tous en Boite, veut à tout prix se débarrasser de Mickey. Aussi met-il tout en oeuvre pour détruire plusieurs spectacles afin que Mickey n'ai plus les moyens de payer le loyer.

Analyse de l'oeuvre

Tous en boite est à la télévision ce que Kingdom Hearts est au jeux-vidéo : l'union de tous les univers de l'animation de Walt Disney au sein d'une série animée. Ayant plusieurs qualités, mais également de très nombreux défauts, la série mérite tout de même d'être visionné au moins une fois par tous les amoureux de l'animation de Disney. Cette série est d'ailleurs à l'image même de l'esprit du site, puisqu'elle découle tout naturellement de la collection numérotée.

Les séries animées Disney ont une assez mauvaise réputation auprès du public non fan, car la qualité artistique de leurs oeuvres est très loin de faire l'unanimité. Alors que certains de leurs plus grands films et courts métrages d'époque essayaient systématiquement de repousser toutes les limites du réalisable, les récentes séries Disney se partagent malheureusement toute un aspect merchantile trop appuyé et une animation de seconde zone. Tous en boite n'échappe malheureusement pas beaucoup à cela. Si les héros mythiques (Mickey, Minnie, Donald, Daisy, Pluto, Horace, Clarabelle, Max, Dingo, Pat, Picsou et les trois neveux) restent incontestablement très soignés, l'aspect misérable des personnages invités fait peine à voir. Parfois, leurs traits sont pires que dans les plus mauvais longs métrages des Disney Toon Studios ! Et ce n'est pas peu dire. Les plus anciens sont d'ailleurs les plus malmenés, car on les a rarement vu en dehors de leurs films et le choc est parfois extrêmement brutal de les voir aussi peu considéré par les animateurs. Les personnages plus récents ne bénéficient pas non plus d'une grande attention qualitative, mais leurs traits étant identiques à ceux qu'ils ont dans leurs propres séries d'animation, la pilule passe un peu plus facilement. Il n'empêche, pour une série réalisée en HD, certains seconds rôles rendront votre écran hideux sans que vous y pouviez quelque chose. Au contraire, les courts métrages récents sont beaucoup mieux équilibrés, stylé et chatoyant.

Les épisodes sont constitués à peu près de 50% de courts métrages (récents et plus rarement anciens) et de 50% de séquences en rapport avec les invités du jour. Dans les deux cas, on suit assez aisément les histoires sans trop broncher, et les 26 minutes du programme ne lassent pas. Pour autant, je n'ai jamais été particulièrement fan des séries Disney, et je n'ai malheureusement pas connu de coup de coeur particulier en la découvrant petit à petit durant plusieurs semaines. Le thème de l'univers Disney étant beaucoup trop lisse, particulièrement autour de Mickey, Donald et Dingo, il laisse peu de champ libre à l'improvisation et au délire. L'ensemble se veut donc extrêmement prévisible d'un bout à l'autre. Les courts métrages inédits ne sont jamais drôles, mais ils évitent tout de même la leçon de morale. Ce qui est un plus en soit. Bref, on rentre et on sort de Tous en boite sans ressentir le moindre manque. On peut ainsi regarder quelques épisodes aujourd'hui, et ne reprendre la suite que plusieurs semaines plus tard sans que son univers ne vous ai vraiment manqué.

Mais Tous en boite possède tout de même un aspect addictif totalement insoupçonné lorsqu'on le visionne à plusieurs : on se dispute, on essaie de se souvenir, on met ses amis dans l'embarras ou sur la bonne piste pour découvrir de quel film ou court métrage provient chaque personnage. Parfois, on peut même se lancer des défis en nommant le plus grand nombre avant les autres. De ce point de vue, Tous en boite parvient à réunir toutes les générations de spectateurs, chacun reconnaissant plus facilement les héros de leurs générations respectives dans la bonne humeur. La série ne pénalise d'ailleurs pas du tout les personnes ne connaissant pas bien l'univers de Disney puisque ce sont généralement les plus emblématiques héros qui figurent dans la série. Personne n'est donc perdu en regardant Tous en boite.

Evoquons également un mot sur le doublage français de la série. Il réunit assez bien une grande partie des comédiens habituels sur plusieurs personnages. On peut d'ailleurs décerner de nombreuses mentions spéciales pour plusieurs comédiens. Jacques Ciron - inoubliable Chapelier Toquet (et Voix-off de "La Tour de la Terreur" à Disneyland Paris) - qui même s'il ne prononce que quelques minuscules phrases sur l'ensemble de la série apporte un plus incontestable au personnage (Emmanuel Curtil assurant quelquefois la voix de remplacement, ce qui n'est pas heureux). Roger Carel évidemment, dont la panoplie de voix est si exceptionnelle qu'on n'est pas du tout égaré d'entendre Jiminy, Winnie, Bernard ou Timothée s'exprimer dans un même épisode ! Laura Blanc, Valérie Siclay et Claire Guyot retrouvent Cendrillon, Blanche-Neige et Ariel avec également beaucoup de plaisir . Tous les comédiens habituels redonnent vie aux héros emblématiques, même si je trouve que parfois Laurent Pasquier a du mal à garder une homogénéité sur Mickey qui est de temps en temps assez crispant à écouter, mais ce soucis est contrebalancé par la présence de Gérard Rinaldi, véritablement rayonnant, et assurant une performance sur mesure à Dingo. Citer tous les comédiens jouant dans la série m'est difficile puisque je n'ai pas encore indentifié tout le monde, et impossible car trop nombreux, mais il n'empêche que la version française de Tous en boite est globalement une réussite. A noter toutefois quelques petites bévues de traduction, notamment sur de nombreux personnages très populaires dans le monde de la bande dessinée. Par exemple, le professeur Donald Dingue récupére son nom original (Ludwig Von Drake), le fantôme noir devient le fantôme tache, et le commissaire Finot n'est quand à lui jamais nommé. Mais globalement, ce n'est pas trop destabilisant, les fans purs et durs faisant d'eux même la correction.

Au final, Tous en boite est une série animée hétéroclite. Son animation est tantôt exécrable tantôt agréable, sa narration maladroite et infantine, mais la série est rehaussée à la fois par l'incroyable sympathie pour les personnages et par la très bonne adaptation française qui en a été faite. Même si je n'en garde pas un souvenir impérissable, Tous en Boite a sa place sur le site et doit être au moins connu des amoureux des films animés de Disney comme curiosité unique en son genre.

Compilation 1

Consulter sa fiche

Compilation 2 française

Consulter sa fiche

Compilation 2 belge

Consulter sa fiche

20 octobre 2009 par Olikos