Si tu tends l'oreille : Quelques informations

Si tu tends l'oreille a été, jusqu'au 07 janvier 2015, l'unique long métrage cinéma du studio Ghibli resté inédit en France. Toutefois, il fut commercialisé directement en vidéo. Actuellement, il reste toujours inédit au Québec en version francophone, mais il est disponible en version anglaise et japonaise sous-titrée français sous le titre de Whisper of the Heart.

Le saviez-vous ? Initialement annoncé au 24 septembre 2014, la sortie vidéo du film s'était vue repoussée de plusieurs semaines car le studio japonais travaillait encore sur le master HD et ne pouvait pas le fournir dans les délais. Du coup, ce report a été bénéfique au film puisqu'il nous est revenu agrémenté d'une petite nouveauté : un doublage français ! Celui-ci n'était en effet à l'origine pas prévu au profit de la seule version originale sous-titrée (Jean François Camilleri, président de Disney France, l'avait en effet spécifié en début d'année 2014 dans un entretien exclusif sur ChroniqueDisney.fr).

Résumé

Shizuku Tsukichima, une collégienne de 14 ans, est une jeune fille rêveuse et passionnée par les romans et les contes. La jeune fille emprunte souvent des livres à sa bibliothèque. Mais un jour, sur les fiches d'emprunts des romans, elle remarque qu'un mystérieux Amasawa Seiji lit exactement les mêmes ouvrages avant elle. Plus tard, alors qu'elle emprunte un nouveau roman, elle s'aperçoit qu'il s'agit d'un ouvrage rare offert par un donateur, un certain Amasawa. Mais qui est donc cette personne ? A-t-il un lien avec ce mystérieux Seiji ?

Analyse de l'oeuvre

Le voici enfin arriver en France au bout de vingt longues années, Si tu tends l'oreille était en effet sorti en salle le 15 juillet 1995 au Japon mais n'avait jamais eu droit à une sortie en salle ou en vidéo en France depuis lors. Il s'agit pourtant d'une oeuvre clef dans le catalogue du studio Ghibli, puisqu'il s'agissait du tout premier long métrage cinématographique qui ne fut réalisé ni par Hayao Miyazaki, ni par Isao Takahata. Déjà, à cette époque, le studio cherchait à former une nouvelle génération d'artistes pour ne plus dépendre de ces deux réalisateurs historiques. Hayao Miyazaki travaillait même à ce moment là sur ce qu'il avait lui-même qualifié comme son ultime long métrage : Princesse Mononoké. Malheureusement la tragédie va bouleverser les prévisions des deux hommes, et retarder leur départ à la retraite respectifs. Nous y reviendrons.

Si tu tends l'oreille est ainsi confié à Yoshifumi Kondô qui possède déjà en 1995 une très grande expertise dans l'animation, ayant travaillé sur de nombreuses séries d'animation japonaises durant les années 1970 et 1980. Il rejoint ensuite le studio Ghibli en 1987 et participe à tous les longs métrages, d'abord en tant chef animateur, puis animateur clef avant de devenir réalisateur pour Si tu tends l'oreille. Ce choix n'est pas anodin puisque de ce test grandeur nature découlera l'avenir du studio Ghibli. Hayao Miyazaki et Isao Takahata croient fermement en Yoshifumi Kondô en qui il voit l'homme idéal pour reprendre les rênes du studio après leurs départs. Malgré tout, si Yoshifumi Kondô reste indiscutablement le réalisateur du long métrage, Hayao Miyazaki restera fortement impliqué, tel un mentor probablement, puisque c'est lui qui fut à l'origine de l'inspiration du film en puisant dans le manga éponyme Mimi o sumaseba écrit par Aoi Hiiragi et publié en 1989. Je n'irais pas plus loin concernant ce manga, ne le connaissant pas.

Dans les grandes lignes, le scénario de Si tu tends l'oreille raconte l'histoire de deux adolescents qui tombent peu à peu amoureux, le tout en pratiquement deux heures. Dans la grande tradition des classiques des studios Ghibli, le long métrage ne déroge donc pas à la règle du contemplatif et du quotidien, pourtant abordé sans aucune lourdeur. Le ton est juste, l'histoire est limpide, les sentiments sont réels et les thématiques y sont mêmes très adultes. Le scénario du film aborde clairement le passage à l'âge adulte et les changements que cela implique. On oublie l'innocence pour rentrer en plein dans la réalité. Si tu tends l'oreille met ainsi en parallèle quatre intrigues qui se croisent et s'entrecroisent sur ces diverses implications. D'un côté, nous avons la relation naissante entre Seiji et Shizuku qui va se confronter à trois avenirs possibles : le choix de la renonciation et de la vie en célibataire (La grande soeur), le couple à la solidité à toute épreuve (Les parents) et enfin la vie banale mais pleine de regrets (Le grand-père).

Dans ces conditions idéales, Si tu tends l'oreille frôle presque le chef d'oeuvre si un petit détail ne venait un peu déranger l'harmonie que semble former l'ensemble : l'âge des protagonistes de l'histoire. De fait, placer dans la bouche des jeunes adolescents des considérations aussi adultes rend incohérent les dialogues que prononcent les enfants et leurs âges respectifs (ils n'ont que 14 et 16 ans !). Ce qui à mon sens est le seul et unique défaut du film. En ayant placé cette même histoire dans le contexte de période lycéenne (16 /18 ans) plutôt que collégienne, elle aurait énormément gagné en crédibilité (et encore que... on est pas non plus très mature à cet âge). Car je reconnais volontiers que tout a été fait pour immerger autant que possible le spectateur. Il suffit de contempler les superbes décors urbains pour s'en convaincre. Des détails de la vie quotidienne, sans aucune réelle importance dans le récit, sont présent un peu partout à l'écran. De fait, l'animation des personnages tranche un peu en étant un peu moins élitiste, mais pourtant très réaliste. Un mimique, un sourcil qui se hausse, un banal geste ou un simple réflexe constitue la force principale de ces personnages.

Si tu tends l'oreille porte relativement bien son nom, tout du moins en français : si l'on tend effectivement son oreille, on s'imprègne d'une chanson américaine populaire qui sert de fil rouge auditif tout au long du film. Histoire de bien mettre en contexte le spectateur, nous entendons Country Road dans sa version reprise par Olivia Newton-John (oui, oui, il s'agit bien de la célèbre Sandy Olsson de Grease) dès que le film commence. Par la suite, Shizuku tente de se réapproprier la chanson pour réaliser sa propre version japonaise (ou française selon que vous regardez le film en VO ou VF), que l'on entend donc à de nombreuses reprises ensuite. La chanson y est même sublimée lors d'une mémorable séquence où elle est accompagnée de Seiji au violon, puis par un petit orchestre improvisé. Soudain, subtilement à ce moment du film, la chanson porte à elle seule toute la portée narrative de Si tu tends l'oreille. Shizuku commence ainsi par chanter faux, gagne ensuite de l'assurance jusqu'à se donner à fonds à la fin !

Oeuvre de transition perfectible à cause de l'âge des protagonistes (ce sera mon unique reproche), elle est cependant contrebalancée par un rendu visuel superbe et une histoire agréable. Yoshifumi Kondô nous prouve qu'il est tout à fait possible pour un jeune réalisateur de se hisser à la hauteur des oeuvres de Miyazaki et Takahata. Malheureusement, alors que tous les espoirs se tournent vers lui pour le devenir du studio Ghibli, Yoshifumi Kondô décède d'une rupture d'anévrisme en 1998 laissant un vide immense et un traumatisme profond au Japon. Avec Si tu tends l'oreille, il nous laisse ici en héritage son seul et unique long métrage. Mais une chose est sûre, une fois qu'on l'a vu, on ne l'oublie pas.

09 janvier 2015 par Olikos

Voxographie sélective

Version française d'origine (2015)

Shizuku : Kelly Marot 1

Seiji : Hugo Brunswick 1

Baron : Dominique Collignon Morin 1

Nishi : Marc Cassot 1

Seiya : Alexis Victor 1

Yuko : Claire Baradat 1

Sugimara : Julien Alluguette 1

Shiho : Marion Lecrivain 1

Mme Kosaka : Fabienne Galloux 1

Kinuyo : Pauline Brunner 1

Voix additionnelles : Sonny Thongsamouth 1 , Mike Fédée 1 , Tugdual Rio 1 , Marie-Christine Robert 1 , Thomas Quantin 1 , Nathalie Kanoui 1 , Juliette Poissonnier 1 , Brice Ournac 1 , Yannick Tshibola 1 , Chirstophe Peyroux 1 , Nicolas Ronceux 1 , Sam Salhi 1 , Marina Villalaz 1 , Juliette Aver 1 , Julie Cavanna 1  , Jérôme Cachon 1