Kuzco, l'empereur mégalo 2 - King Kronk / Un Kronk nouveau genre : Quelques informations

La suite de Kuzco, l'empereur mégalo est sorti en France le 8 décembre 2005, soit quelques jours avant le Québec (15 décembre 2005). Le film possède un doublage québécois et s'intitule Un Kronk nouveau genre. La Belgique préfère indiquer le titre complet Kuzco, l'empereur mégalo 2 - King Kronk.

Résumé

Après ses aventures tapageuses avec Pacha et l'empereur Kuzco, le sympathique et costaud Kronk a pris un nouveau départ te mène une vie heureuse comme chef cuisinier dans son propre casse-croûte. Mais une autre aventure loufoque commence avec l'arrivée d'un lama-gramme annonçant la visite prochaine de son père... s'en suivra une avalanche de gaffes monumentales !

Analyse de l'oeuvre

Kuzco 2 -King Kronk n'est pour ainsi dire pas du tout la suite du premier film. Il s'agit plutôt d'une nouvelle histoire basée sur les mêmes personnages, plus particulièrement sur Kronk. Enfin, histoire est vite dit, il s'agit en fait de deux histoires distinctes reliées par un fil conducteur : l'étrange vie mouvementée de Kronk. Les réalisateurs ont essayé de ressortir tous les ingrédients de Kuzco, l'empereur mégalo, mais curieusement, cette fois-ci, ça marche moins bien, sinon très peu. Le scénario plus profond que le premier film lui porte donc ici tort. Plus de légèreté lui aurait été bénéfique.

Kuzco et Pacha sont les deux personnages les plus regrettables de cet épisode. Totalement anecdotiques, leurs brèves apparitions au début du film (et pendant) sont fades et sans aucune saveur. Quand à Yzma, on la retrouve avec grand plaisir, mais elle ne fait qu'une rapide apparition sur le premier tiers du film, où de plus, elle pousse une horrible chanson qui fait carrément grincer des dents, même si phonétiquement, le dialogue et les rimes sont très habiles. C'est également regrettable que le personnage nous ressert exactement les mêmes gags que le premier film.

Le premier tiers du film reste suffisamment potable pour ne pas fuir le film, même si l'animation est poussive, et que seuls les personnages du premier film ont bénéficié d'un soin apparent. Dès la seconde partie du film, c'est la catastrophe. Kronk, déjà ridicule (mais drôle), devient agaçant. L'idylle avec la chef de meute adverse n'est pas un seul instant crédible, sans compter sur le graphisme de tous les nouveaux personnages du film. Tous, sans aucune distinctions, sont affreux. Les dessins de ces seconds rôles sont catastrophiques. Y compris la nouvelle conquête de Kronk, qui se place sans gloire en première dauphine du prix de la plus moche héroïne Disney derrière Yzma elle-même.

Le film est cependant sauvé par le dernier tiers de l'histoire, où le père de Kronk fait une remarquable entrée dans le film, ainsi que la totalité des personnages du premier film (Yzma exceptée), dans un numéro parodique enfin digne de Kuzco, l'empereur mégalo. Mention spéciale à Pacha et Kuzco, qui se sont longuement fait désirer durant près d'une heure. Le film se termine donc en apothéose de la drôlerie et du burlesque, ce qui sauve un peu les apparences de cette suite un peu trop bâclée.

Kuzco 2 : King Kronk ressemble plus à la jonction de deux épisodes de la série animée dérivée qui a été annoncée, qu'à une véritable suite. S'ouvrant de manière laborieuse, puis descendant dans les abîmes de la médiocrité, le film trouve enfin son style et un bon rythme sur la fin. Dommage, avec un peu plus de considération, cela aurait pu être un autre évènement digne du premier film.

25 septembre 2006 par Olikos