Le monde magique de la belle et la bête / Le monde magique de Belle : Quelques informations

Cette dernière séquelle est sorti pour la première fois durant l'hivers 1998, très peu de temps après la sortie de La belle et la bête 2 : Le Noël enchanté. Il ne possède cependant aucun doublage québécois, mais il s'est d'abord intitulé Le monde magique de Belle, avant d'être finalement rebaptisé du même titre qu'en français.

La première édition VHS ne comportait à l'origine que trois contes. Le quatrième fut intituléMiss Samovar fait la fête et proposé en VHS exclusivement contre un abonnement d'un an au magazine télévisée TéléStar. Quelque temps après, le conte s'est retrouvé en bonus à la fin de La belle et la bête 2 : Le Noël enchanté dans le nouveau tirage VHS de ce film. Finalement il sera inclus dans la seconde édition VHS et sur le DVD sous le titre "Madame Samovar broie du noir".

Résumé

Le film comporte quatre séquences plus deux chansons interprétées par Belle. Dans Un dictionnaire à la page, un affreux malentendu oppose Belle et la bête pour finalement nous enseigner qu' il faut savoir pardonner. Dans Quand tout bat de l'aile, Belle en appelle à la bonté de la Bête pour libérer un petit oiseau chanteur. Dans Madame Samovar broie du noir, la fête organisée par Belle et ses amis pour remonter le moral de Madame Samovar tourne à la catastrophe... Enfin dans Plumette en fête, une soirée romantique entre Lumière et Plumette finit en partie de bobsleigh.

Analyse de l'oeuvre

Belle, la bête, Miss Samovar, Big-Ben, Lumière, Zip et tous les autres personnages ont gagnés l'attachement du public. Tout le monde les connaît et les adore. Il n'en fallait pas plus pour que les studios se décident à sortir une série télévisée basée sur leurs aventures.

Heureusement, le projet est tombé à l'eau. Tant mieux pour nous, je peux vous l'assurer. Malgré le talent de tous les doubleurs français du second volet, la qualité graphique ainsi que les scénarii sont plats et sans la moindre saveur. Chaque séquence n'est en fait qu'un énorme prétexte à une morale de bas étage (Tu ne volera pas, tu ne tricheras pas, tu ne mentiras pas... etc...). Elles sont toutes les quatre drôles, mais plus que dispensables.

Le film n'est rien de plus qu'une curiosité sans âme qui présente la série télévisée que nous avons failli découvrir. Après un second film moins bon, la série aurait définitivement tuée le film original et ses personnages si attachants.

J'espère que les studios Disney ne ressortiront plus de nouveaux épisodes. La belle et la bête était un film magnifique, sa suite trop bâclée, quand à ce dernier une calamité. Merci à tous les doubleurs d'avoir réussi à rehausser le niveau global de ce film.

23 novembre 2005 par Olikos